GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Washington demande à ses citoyens de ne plus se rendre en Bolivie
    • Bolivie: le bilan des violences post-électorales revu à sept morts (parquet général)
    Moyen-Orient

    Anti-terrorisme: France et Turquie s'engagent à mieux collaborer

    media A la frontière entre Turquie et Syrie. «La Turquie a depuis le début montré sa détermination dans la lutte contre les groupes terroristes» (Efkan Ala). REUTERS/Murad Sezer

    Le ministre de l’Intérieur français Bernard Cazeneuve s'est déplacé en Turquie pour rencontrer son homologue Efkan Ala avec qui il a discuté le 26 septembre de coopération anti-terroriste ; une rencontre qui intervient quelques jours après le couac des trois jihadistes rentrés en France sans être inquiétés parce que la Turquie n’avait pas informé les autorités françaises. Côté turc, on minimise ces accusations.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    « La Turquie a, depuis le début, montré sa détermination dans la lutte contre les groupes terroristes de la région et contre le passage des jihadistes », a dit le ministre turc à la suite de deux heures d’entretien, le 26 septembre, avec Bernard Cazeneuve. Et Efkan Ala d’aligner les chiffres à l’appui de ses affirmations : «6 620 personnes de 81 nationalités différentes ont été déclarées persona non grata à ce jour, et 1 013 ressortissants de 73 pays ont été expulsés », a-t-il dit.

    Mais il a sans doute entendu le message de la France, insatisfaite – comme d’autres partenaires européens de la Turquie d’ailleurs – d’un certain laxisme d’Ankara en la matière. Efkan Ala a en effet évoqué la mise en place de « mécanismes pour une meilleure collaboration entre les deux pays et un déroulement sans erreur ».

    Une allusion directe à l’affaire des trois jihadistes oubliés par la police turque ; il n’y en aura pas d’autre dans sa bouche, mais le ministre turc a expliqué que le problème des jihadistes étrangers était avant tout « du ressort de leurs pays d’origine, que c’est là qu’ils devaient être arrêtés, et que sinon la Turquie devait être informée à l’avance de leur venue ». En acceptant d’entrer dans la coalition anti-Etat Islamique, la Turquie fera sans doute montre d’un meilleur esprit de coopération policière avec ses partenaires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.