GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Organisation EI: la menace a été sous-estimée admet Barack Obama

    media Dans un entretien sur CBS, le 28 septembre 2014, Barack Obama a reconnu que les raids de la coalition intervenaient tard, la menace ayant été sous-évaluée. REUTERS/Kevin Lamarque

    Alors que les bombardements se poursuivent en Irak et en Syrie contre les positions de l'organisation État islamique, le président des États-Unis reconnaît que la menace représentée par le mouvement terroriste avait été sous-estimée par les services de renseignements américains. Barack Obama répondait aux questions des journalistes sur la chaîne CBS pour la première fois depuis l’intervention en Syrie.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    Les forces américaines appuyées par les Saoudiens, les Jordaniens et l’aviation des Émirats Arabes Unis ont continué de bombarder en Syrie les positions de l’organisation État islamique. Les cibles de ces derniers jours sont, selon le commandement américain, essentiellement des raffineries, l’objectif étant de priver les terroristes de sources de financement. Barack Obama le reconnaît dans un entretien sur la chaîne CBS, ces raids interviennent tard, contre un ennemi qui a eu le temps de se renforcer durant les dernières années, car la menace a été sous-évaluée.

    « Les responsables de nos services de renseignements le reconnaissent : ils ont sous-estimé ce qui se passait en Syrie, a déclaré le président américain. Pour l’essentiel, ce qui s’est passé avec le groupe Etat islamique c'est que vous aviez al-Qaïda en Irak que nos Marines ont réussi à étouffer avec l’aide des tribus sunnites. Mais ces deux dernières années, pendant le chaos créé par la guerre civile en Syrie, ils ont réussi à se reconstituer en tirant avantage de ce chaos et ils ont attiré des combattants étrangers. Et c’est l’un des défis que nous avons à relever. Dans des États qui s’effondrent ou sont en guerre civile, ce genre d’organisations prospèrent. C’est pourquoi il est important de reconnaître qu’une partie de la solution est militaire. Mais nous devons aussi avoir des solutions politiques, en Irak et en Syrie en particulier, et au Moyen-Orient en général, qui font émerger une voie de cohabitation entre les populations sunnites et chiites. Car, aujourd’hui, ce sont les plus importantes sources de conflit, non seulement au Moyen-Orient, mais dans le monde ».

    L'armée irakienne plus faible que prévu

    Non seulement, la menace a été sous-estimée, ajoute Barack Obama, mais la réponse de l’armée irakienne, de l’autre côté de la frontière a été beaucoup plus faible que ne l’avaient anticipé les services de renseignements américains.

    C’est ainsi que le président des États-Unis prédit une nouvelle fois une longue campagne militaire qui doit s’accompagner d’une riposte de communication pour contrer l’utilisation des réseaux sociaux par les terroristes, et d’un effort de la coalition pour identifier la menace représentée par les combattants étrangers.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.