GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Espagne: réquisitoire du président du Parlement européen contre «ceux qui sèment la discorde»
    Moyen-Orient

    Réunion de la coalition anti-EI: Obama «très inquiet» pour Kobane

    media Barack Obama a annoncé que les frappes aériennes se poursuivraient, mais qu’il ne fallait pas s’attendre à un règlement rapide de la crise. REUTERS/Kevin Lamarque

    Les Etats-Unis ont tenu hier, mardi 14 octobre, une réunion à Washington avec les chefs militaires de 22 pays participants à la coalition internationale contre l'organisation Etat islamique. Barack Obama a assisté à la fin des travaux et exprimé son inquiétude concernant la situation dans la ville kurde de Kobane.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Le chef d’état-major interarmées, le général Dempsey, a présidé cette réunion de travail d’une journée dont l’objet était de définir une stratégie commune et de coordonner les activités des pays s’étant joints à la coalition et qui ont chacun des rôles différents.

    Le président Obama a participé à une partie des discussions. Il s’est dit « très inquiet » de la situation à Kobane qui illustre la menace posée par le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie. Obama a annoncé que les frappes aériennes se poursuivraient, mais qu’il ne fallait pas s’attendre à un règlement rapide de la crise. « Il y aura des jours de progrès et des périodes de revers », a-t-il déclaré. Il a aussi souligné que battre l’organisation EI n’était pas simplement une campagne militaire sur un champ de bataille, c’était aussi un combat contre l’extrémisme.

    L’Arabie saoudite et la Turquie étaient représentées à la réunion. Mais des tensions existent entre Washington et Ankara : les Américains voudraient que les Turcs envoient des troupes en Syrie, mais ceux-ci ne le feront que si les frappes aériennes visent à la fois les jihadistes et les forces d’Assad. Mais pour le moment, l’administration Obama est plus préoccupée par le fait de détruire l’État islamique que le régime syrien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.