GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Après les émeutes pro-Kurdes, la Turquie veut renforcer la police

    media La police turque tire des grenades lacrimogènes pour disperser des manifestants pro-Kurdes, le 29 septembre 2014. REUTERS/Murad Sezer

    Le gouvernement turc a présenté mercredi un projet de loi qui renforcera les pouvoirs de la police et la gendarmerie après des émeutes la semaine dernière qui ont faisant une quarantaine de morts. Ce texte dit « Réforme de la sécurité intérieure », qui doit être discuté la semaine prochaine, donnera des moyens étendus pour fouiller, perquisitionner, écouter et interpeller des suspects sans preuve, sur la base de simples soupçons. Il vise à « donner l'avantage à la police » en cas de « violences généralisées », expliquent les autorités, mais il est perçu comme une manière de faire taire la contestation kurde.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Toutes les dispositions de ce texte, qui devra encore être examiné en commission et débattu au Parlement avant d’être mis au vote, sont clairement dirigées contre les personnes suspectées de collusion avec la rébellion kurde.

    Car malgré les sérieux tours de vis déjà donnés lors de la contestation de Gezi en juin 2013, puis lors des scandales de corruption de l’hiver dernier, l’arsenal actuel ne semblait pas suffire pour « juguler immédiatement les mouvements sociaux », selon le vice-Premier ministre Bülent Arinç.

    Le gouvernement a beau se défendre de vouloir renforcer encore un régime par trop policier et répressif, l’Etat turc semble se préparer à replonger dans les années de plomb de la décennie 1990.

    Cet arsenal juridique vise essentiellement les Kurdes, déjà révoltés par l’embargo sur Kobane et prêts à dénoncer vigoureusement l’échec annoncé des pourparlers de paix. Ce qui fait un casse-tête de plus pour Ankara, forcé de prévoir le pire et de se protéger de ses citoyens, accusés eux de participer à des activités remettant en cause la sécurité intérieure.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.