GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    La Turquie favorable à une zone tampon à l’intérieur de ses frontières

    media Vue de Kobane depuis la Turquie, le 19 octobre 2014. REUTERS/Kai Pfaffenbach

    Alors que les combats se poursuivent à Kobane, ville syrienne proche de la frontière turque, la Turquie semble faire marche arrière sur la question des zones tampons. Elle, qui réclamait depuis longtemps d’instaurer de telles zones du côté syrien de la frontière, paraît maintenant se rabattre sur une solution qui se limiterait à son propre territoire.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Pour protéger sa frontière, la Turquie souhaitait l'instauration d'une zone tampon protégée par une zone d’exclusion aérienne en Syrie même, une solution qui nécessiterait l’aval de l’ONU. Mais devant le peu d’empressement de la coalition, à l'exception notable de la France, à abonder dans ce sens, les Turcs avancent désormais une idée bien plus réaliste : celle d'une zone de sécurité instaurée directement sur le territoire turc. Le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus affirme « travailler dessus » et indique que cette zone de sécurité « peut être instaurée à tout moment ».

    La dernière formule de zone tampon en Syrie avancée par la Turquie consistait en une série de poches : trois au sud de Kamishlo à l’est, une à Kobane, une à Jarablous toute proche et trois autres entre Alep, Antakya et Lattaquié à l’ouest. La réponse de Damas ne s’était pas faite attendre, elle n’est d’ailleurs pas différente de celle des Kurdes du Parti de l'union démocratique des Kurdes syriens (PYD) : une telle décision serait considérée comme une agression territoriale et une invasion.

    Retour au réalisme donc en Turquie. D'après le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus, cette zone de sécurité turco-turque, dont on ne sait pas si elle a vocation à courir le long des 911 kilomètres de la frontière, remplirait à la fois une fonction militaire de protection de la frontière et une autre, humanitaire, qui permettrait d'accueillir un éventuel nouvel afflux de réfugiés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.