GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Kobane: les combattants kurdes reprennent la colline de Tel Shaïr

    media Kobane vu de Turquie. REUTERS/Kai Pfaffenbach

    Le constat d'un rapport de force semblant s’inverser, vendredi 24 octobre, à Kobane, a été dressé pour la première fois depuis le début des affrontements entre les combattants kurdes et les jihadistes du groupe Etat islamique qui les assiègent. Les défenseurs de la ville kurde de Syrie ont repris la colline stratégique de Tel Shaïr.

    A Kobane, les frappes aériennes menées par les Américains et leur coalition internationale ont - plus ou moins - permis d’équilibrer le rapport de force entre des jihadistes surarmés et des combattants kurdes jusque-là poussés dans leurs retranchements. Et après un mois d’efforts, entre bombardements intensifs et lutte acharnée sur le terrain, les lignes de front semblent bouger. Ce vendredi, les combattants kurdes ont pu repousser les jihadistes. Le drapeau noir de ces derniers, planté sur la colline de Tel Shaïr, a été mis à terre et cette position stratégique, à partir de laquelle les forces de l’organisation Etat islamique pilonnaient Kobane, est repassée sous contrôle kurde.

    Selon l’un des responsables du PYD - le principal parti du Kurdistan syrien - contacté par RFI, cette réussite a été rendue possible grâce notamment à l’armement fourni cette semaine par les « cousins » peshmerghas, les combattants kurdes irakiens, qui ont confié à l’aviation américaine la délicate tâche de parachuter des cargaisons d’armement au-dessus de Kobane. Un exemple à suivre, selon ce même responsable, qui explique que la communauté internationale devrait davantage se mobiliser pour fournir des armes aux Kurdes et les aider dans leur lutte antiterroriste.

    « Il suffit de leur donner les moyens de défense adéquats »

    « Les combattants kurdes ont récupéré une nouvelle fois la colline de Tel Shaïr qui était occupée par les terroristes. C’est pourquoi nous n’avons cessé de dire que pour combattre les terroristes sur le terrain, il faut fournir des armes efficaces à la résistance de Kobane », explique Khaled Issa, responsable du PYD.

    Et de continuer : « Ce ne sont ni le nombre de combattants, ni l’expérience, ni le courage qui font défaut. Il suffit de donner aux combattants les moyens de défense adéquats. Jusqu’à maintenant, avec des armes très légères, ils font face à une artillerie très moderne et très sophistiquée. J’appelle la communauté internationale, une nouvelle fois, à ce qu’elle assume ses responsabilités et fournisse les moyens de défense adéquats. Nous n’arrêtons pas de le rappeler depuis le 15 septembre ! »

    « Le rythme de nos opérations va s'accélérer »

    Dans la guerre contre l'organisation Etat islamique, il y a Kobane, et il y a le front irakien. Lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet européen de Bruxelles, le président français a expliqué ce vendredi que la France avait à ce stade atteint tous ses objectifs de son côté. « Douze objectifs avaient été visés, 12 ont été atteints. Pour l’ensemble de la coalition, c’était 60. » Il s’est réjouit de voir la coalition internationale porter des coups durs aux jihadistes. « Il y a d’autres objectifs qui sont fixés et le rythme de nos opérations va s’accélérer. Nous sommes dans une phase où, maintenant, nous avons recueilli tous les renseignements et où nous pouvons agir pour frapper durement l’organisation terroriste. »

    Les forces de la coalition contre l’EI ont effectué un raid massif dans la nuit de jeudi à vendredi, auquel ont pris part les avions Rafale engagés par la France. « Ce sont des bâtiments, ce sont des stockages, ce sont des lieux où sont déposés des matériels, des moyens militaires, des explosifs. Il y a également des combattants », a précisé François Hollande, ajoutant : « Donc, nous agissons. Ce sera néanmoins un processus long, mais il était très important que nous puissions démontrer que ce que nous faisons en Irak est efficace. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.