GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: quand les frappes de la coalition profitent au régime de Damas

    media Des rebelles tentent d'échapper aux snipers des forces loyales au président el-Assad, dans la banlieue d’Alep, le 23 octobre 2014. REUTERS/Hosam Katan

    Selon des témoignages à Alep, les opérations de l’armée syrienne sont rendues possibles grâce à la coalition internationale menée par les Etats-Unis. En bombardant l’organisation Etat islamique, les Américains rendent indirectement service au régime de Damas qui, débarrassé de la menace jihadiste sur son sol, se consacre désormais à la reconquête des villes perdues depuis la révolution.

    L’armée de Bachar el-Assad continue de lâcher des barils d’explosifs sur la grande métropole du Nord de la Syrie. L’étau se resserre chaque jour un peu plus à Alep. L’Organisation syrienne des droits de l'homme (OSDH) affirme même qu’il y aurait une intensification des bombardements depuis 36 heures.

    La population continue de subir les bombardements, mais selon Marwane Abou Fares, militant de l’opposition, ce qui inquiète le plus les habitants c’est que leur ville soit assiégée. « Le principal problème actuellement à Alep ce ne sont pas les bombardements. Les gens ont fini par s’habituer aux frappes par contre ils ont peur parce que le régime vient de fermer les routes qui conduisent à Alep ».

    La crainte du siège

    La fermeture des routes, autrement dit un état de siège, signifie le plus souvent mourir de faim pour les populations en Syrie. Et pour Marwane Abou Fares, les Américains et leur coalition antijihadistes sont en partie responsables de cette situation. « La coalition internationale bombarde les positions de l’organisation Etat islamique et pendant ce temps là, le régime avec son armement et ses avions peut faire ce qu’il veut. »

    Avant le début des frappes américaines en Syrie, Washington avait assuré avoir mesuré tous les risques. Mais aujourd’hui les forces gouvernementales syriennes profitent clairement des frappes américaines contre le groupe Etat islamique dans l'est de la Syrie pour intensifier leurs opérations dans l'ouest contre des groupes rebelles pourtant soutenus par les Etats-Unis et leurs alliés.

    Et jeudi soir, l'OSDH assurait que l'armée syrienne avait repris la ville de Morek dans le centre du pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.