GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 24 Octobre
Mercredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Accord de l'UE sur une réforme du travail détaché (Commission européenne)
    • Prix Fifa: Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de football de l'année 2017
    • Prix Fifa: Zinédine Zidane sacré meilleur entraîneur de football de l'année 2017
    • France: Carmat annonce une première implantation à l'étranger de son coeur artificiel
    Moyen-Orient

    Quand les Saoudiennes prennent le volant en toute illégalité

    media Une Saoudienne au volant d'une voiture dans le seul pays au monde à interdire aux femmes de conduire. REUTERS/Faisal Al Nasser

    Mobilisation de femmes, dimanche en Arabie saoudite, pour réclamer le droit de conduire. Ce pays est le seul au monde où les femmes ne sont pas autorisées à prendre le volant, à cause de la charia, la loi islamique en vigueur. Elles ont beau être une minorité à vouloir faire bouger les lignes, malgré les menaces de représailles du ministère saoudien de l'Intérieur, certaines d’entre elles ont osé braver l’interdit.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    En dépit des menaces de représailles du ministère saoudien de l'Intérieur, une poignée de Saoudiennes, des irréductibles, ont osé braver l’interdit. Déterminées mais discrètes derrière des vitres teintées, elles ont pris le volant et roulé dans les rues de Riyad, Djeddah ou Dammam. Au pire si elles se faisaient arrêter, elles payaient une amende et signaient un papier promettant de ne plus conduire.

    Depuis trois ans elles sont de plus en plus nombreuses à travailler. Elles sont caissières, avocates, vendeuses mais elles doivent recourir à un chauffeur privé ou à un tuteur - père, mari ou frère - pour les accompagner sur leur lieu de travail. Une situation encore plus compliquée pour les femmes seules, divorcées ou veuves.

    Cette année, la campagne est soutenue par de nombreux Saoudiens, et pour cause : employer un chauffeur est devenu onéreux pour les familles saoudiennes : entre 2 000 et 5 000 saudi riyals soit 400 à 1 000 euros par mois. D’autant qu’il n’existe toujours pas de transports en commun dans le Royaume. La conduite des femmes n’est pas un luxe en Arabie saoudite mais devient de plus en plus une nécessité économique.

    → Une pétition circule sur les réseaux sociaux : « Levez l'interdiction faites aux femmes de conduire »
    → Sur Twitter, le hashtag #IWillDriveMyself et le compte officiel de la campagne relancé dimanche 26 octobre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.