GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: A Kobane, les Kurdes repoussent un nouvel assaut des jihadistes

    media Des Kurdes de Turquie observent les combats qui se livrent à Kobane. REUTERS/Umit Bektas

    Dans le nord de la Syrie, les Kurdes défendant la ville de Kobane ont à nouveau repoussé un assaut de l’organisation Etat islamique, dans la nuit de samedi à dimanche. C’est la quatrième nuit consécutive que les jihadistes tentent de prendre le contrôle d’un quartier du nord de Kobane, proche de la frontière avec la Turquie.

    Les jihadistes tentent de couper les voies d’approvisionnement des combattants kurdes et de les empêcher d’évacuer leurs blessés vers la Turquie. Peut-être s’agit-il aussi d’empêcher les peshmergas venus du Kurdistan irakien d’atteindre Kobane en début de semaine. Ankara les a autorisés à passer par son territoire il y a quelques jours.

    Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), depuis le début de l’offensive de l’organisation Etat islamique sur la ville à la mi-septembre, plus de 800 personnes ont été tuées : 481 jihadistes, 302 combattants kurdes et 21 civils, aujourd’hui presque tous réfugiés en Turquie.

    Mais l’OSDH ne prend pas en compte les victimes des frappes de la coalition. Les Américains ont indiqué dimanche avoir bombardé cinq fois ces deux derniers jours aux alentours de Kobane.

    Dans le reste de la Syrie, selon l’OSDH, les bombardements de l’armée de Bachar el-Assad auraient fait 43 victimes civiles dans les zones contrôlées par les rebelles, entre autres dans la ville de Homs, sur le quartier de Waer, le seul encore contrôlé par les rebelles dans cette ville autrefois surnommée « la capitale de la révolution ». Et Human Rights Watch a accusé le régime syrien de ne pas respecter la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU interdisant l’utilisation de barils transformés en bombes dans les zones peuplées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.