GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Pakistan: un couple de chrétiens accusé de blasphème battu à mort

    media Au Pakistan, profaner le Coran ou insulter le prophète Mahomet sont des crimes passibles de la peine capitale. Getty Images

    Au Pakistan, un couple de chrétiens a été battu à mort, puis leurs corps brûlés par une foule en colère qui les accusait d’avoir profané le Coran. Ce type d’accusations de blasphème est de plus en plus courant dans la République islamique, et bien souvent ce sont les minorités religieuses qui en pâtissent.

    Avec notre correspondant à Islamabad, Gaëlle Lussiaà-Berdou

    Shehzad et sa femme Shama, qu’on ne connaît que par leurs prénoms, travaillaient dans une briqueterie d’une petite ville au sud de Lahore, capitale culturelle du pays. Lundi, une affaire de profanation du Coran a éclaté. Le lendemain, une foule enragée, qui tenait le couple chrétien pour responsable, les a battus à mort, avant de brûler leurs corps dans le four à briques.

    Profaner le Coran ou insulter le prophète Mahomet sont des crimes passibles de la peine capitale au Pakistan. Cette sentence n’a jamais été appliquée, mais une simple accusation peut suffire à signer l’arrêt de mort d’un suspect.

    L’an dernier, une affaire du même genre avait provoqué une émeute dans un bidonville chrétien de Lahore : des dizaines de maisons avaient été saccagées. Et en 2009, à Gojra, plus au sud, ce sont huit chrétiens qui avaient été tués dans des émeutes provoquées là encore par des accusations de blasphème.

    Selon les défenseurs des droits de l’homme, cette loi est régulièrement instrumentalisée pour régler des différends personnels, le plus souvent contre les minorités religieuses.

    Dans un communiqué publié suite au lynchage de la briqueterie, Amnesty International appelle le Pakistan à mettre fin au climat d’impunité autour des violences communautaires qui fleurissent dans le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.