GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le Comité international olympique (CIO) a décidé dimanche 25 juillet de ne pas suspendre le comité national olympique russe (ROC) et de laisser les fédérations internationales statuer au cas par cas sur la participation des sportifs russes, au regard de critères très stricts, avant les Jeux de Rio.

    Moyen-Orient

    Un étudiant égyptien arrêté en possession du roman «1984» d'Orwell

    media D'après les autorités, l’étudiant avait photographié des policiers devant l’université visée le 22 octobre dernier par un attentat à la bombe. AFP PHOTO / KHALED DESOUKI

    Au Caire, un étudiant a été arrêté avec en sa possession le roman 1984, de l’écrivain britannique George Orwell. La nouvelle a immédiatement enflammé les réseaux sociaux égyptiens. L’affaire embarrasse considérablement le ministère de l’Intérieur.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    C’est par le journal Al-Masry Al-Youm que le scandale est arrivé. Le journal, favorable au régime égyptien, a publié sur son site un article avec pour titre : « Arrestation d’un étudiant possédant le roman 1984 et un cahier avec des phrases sur le Califat ». Dans son article, Al-Masry Al-Youm affirme que le roman parle « de la dictature des régimes militaires ».

    La nouvelle a provoqué d’innombrables sarcasmes sur la toile. Ceux qui avaient lu le roman de l'écrivain britannique, publié en 1949, s’en sont pris à la « bêtise » du gouvernement. Ces lecteurs se sont demandé s’ils étaient, eux aussi, coupables d’un crime imprescriptible. L’éditeur arabe du roman, lui, se frotte les mains : la nouvelle a été l’occasion d’en faire la promotion sur Internet.

    L’affaire embarrasse le ministère de l’Intérieur, qui s’est embrouillé dans les explications : d'après les autorités, l’étudiant avait photographié des policiers devant l’université (visée le 22 octobre dernier par un attentat à la bombe) avec deux téléphones sans batteries, avant que l’on ne trouve le livre en sa possession. Un livre enseigné à la faculté de lettres de l’université.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.