GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    • Commerce: Trump ne pense pas aboutir à un accord avec Pékin avant l'élection de 2020
    • Procès Mélenchon en France: le jugement mis en délibéré au 9 décembre
    • Greta Thunberg espère que la société a atteint «un tournant» sur le climat (interview à l'AFP)
    Moyen-Orient

    Le président irakien à Riyad, signe d’une détente des relations

    media Le président irakien Fouad Massoum lors de sa rencontre avec le Grand Ayatollah Cheikh Bashir Hussein Najafi, à Najaf le 11 novembre. AFP PHOTO / HAIDAR HAMDANI

    Le président irakien Fouad Massoum est, ce mardi 11 novembre, en visite à Riyad. Cette visite en Arabie saoudite est une première pour un responsable irakien après de longues années de froid entre les deux pays voisins. Principale raison : des tensions politiques et confessionnelles entre le Royaume saoudien sunnite et l’ancien Premier ministre irakien, le chiite Nouri al-Maliki.

    Les relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak ont connu des années de tension. Bien avant la chute de Saddam Hussein les deux pays se sont toujours considérés comme des concurrents. Au cœur de leur différend : l’hégémonie régionale.

    A partir de l’invasion américaine en 2003 et la mise en place d’un pouvoir chiite à Bagdad, la situation s’est davantage dégradée. Les nouvelles autorités irakiennes liées à l’Iran sont devenues une fois pour toutes la bête noire du Royaume saoudien. Riyad reproche au Premier ministre de l’époque, le chiite Nouri al-Maliki, de mener son pays au bord du gouffre par sa politique d'exclusion des sunnites.

    Fin 2013, les choses empirent lorsque Nouri al-Maliki désigne les Saoudiens comme les principaux responsables du jihadisme en Irak et en Syrie. Il faut attendre cet été, le mois d’août et la nomination d’un nouvel exécutif en Irak pour constater un apaisement.

    Le chef de la diplomatie saoudienne le prince Saoud al-Fayçal, se félicite alors du remplacement de Nouri al-Maliki. Les ennemis d’hier semblent vouloir tirer un trait sur le passé. Ils concrétisent leur rapprochement par la visite ce mardi du président irakien Fouad Massoum à Riyad.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.