GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Prière à Jérusalem: la colère des Palestiniens de Cisjordanie

    media Mouvement de colère à Hébron, le 14 novembre 2014. REUTERS/Mussa Qawasma

    Prier à Jérusalem, c'est le droit que réclament les musulmans, avant tout les Palestiniens de Cisjordanie. Sous pression américaine, Israël n'a fixé aucun critère d'âge pour l'accès à l'esplanade des Mosquées ce vendredi 14 novembre. Mais si les Palestiniens de Jérusalem, dont les jeunes, ont pu prier avec leur statut de résident, ceux de Cisjordanie n'ont pas eu, plus qu'à l'accoutumée, le droit de franchir le mur qui les sépare d'Israël.

    Avec notre correspondant à Ramallah, Nicolas Ropert

    Des groupes de jeunes Palestiniens brûlent des pneus, jettent des feux d'artifice et des pierres sur Tsahal et la police israélienne. Les forces de l'Etat hébreux répliquent à coup de gaz lacrymogène et de grenades assourdissantes.

    Les Palestiniens de Cisjordanie ont le droit d'aller prier à Jérusalem, affirme Mustafa Barghouti, un responsable politique qui récuse néanmoins la violence. « Nous faisons partie de la résistance populaire non violente, explique-t-il. Nous souhaitons faire passer le message au monde que Jérusalem est notre capitale, et que la ségrégation israélienne, ce système d'apartheid qui nous empêche d'atteindre Jérusalem, est inacceptable. »

    Les manifestants dénoncent l'occupation israélienne et souhaitent la destruction du mur de séparation construit par Israël. Badi Eidwiq, un militant des droits de l'homme, réclame la fin de la séparation entre les Palestiniens : « Nous avons réussi a couper la barrière israélienne non loin de Qalandia, parce que c'est un territoire palestinien. Et nous sommes là pour le prouver. Tout comme Jérusalem. Cette ville est palestinienne, c'est très important pour nous. » La colère des Palestiniens n'a pas été calmée par les dernières annonces israéliennes. Depuis un mois, les affrontements sont quasiment quotidiens en Cisjordanie comme à Jérusalem-Est.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.