GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 15 Décembre
Lundi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    EI: «Ce n'est pas moi dans la vidéo», assure Mickaël Dos Santos

    media Âgé de 22 ans, Mickaël Dos Santos est originaire de Champigny-sur-Marne, en banlieue parisienne. REUTERS/Charles Platiau

    C'est une information RFI. Plusieurs sources au sein de l'organisation Etat islamique que nous avons contactées contestent que Mickaël Dos Santos figure sur la vidéo de décapitation collective diffusée dimanche 16 novembre. Sur Twitter, l'intéressé nie également. Pourtant, ce mercredi, le parquet de Paris disait l'avoir identifié.

    Depuis hier, cinq jihadistes de l'organisation État islamique ont été contactés par RFI. Tous démentent que la personne identifiée par les autorités comme étant le second bourreau français soit bien Mickaël Dos Santos. Sur Twitter, Dos Santos a lui-même démenti : « J'annonce clairement que ce n'est pas moi dans la vidéo ».

    Hier, pourtant, le parquet de Paris parlait d'« indices précis et concordants » permettant d'identifier ce converti français d'origine portugaise âgé de 22 ans comme étant bien le second Français de la vidéo de décapitation de masse de l'organisation État islamique. C'est donc la parole des jihadistes contre celle des autorités françaises. Celles-ci fondent notamment leur identification sur le témoignage de la propre mère de Dos Santos. Selon l'AFP, celle-ci l'aurait reconnu et se serait même effondrée. Les jihadistes du groupe EI affirment qu'il s'agirait en fait d'un combattant de nationalité syrienne connu sous le nom d'« Abu Umarayn ».

    Ces dénégations renforcent les doutes avancés par des spécialistes, comme le chercheur Romain Caillet ou le journaliste de France 24 Wassim Nasr. Ces deux arabophones notent que dans la vidéo, le bourreau présenté comme français s'exprime dans un arabe syro-libanais parfait. Or, peu de jihadistes français sont véritablement arabophones. Ces deux experts notent par ailleurs des différences physiques au niveau du nez, des cheveux et même des yeux entre le personnage de la vidéo et le Mickaël Dos Santos.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.