GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 24 Novembre
Lundi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Colombie: la mairie de Bogota décrète le couvre-feu dans toute la ville après des violences et des pillages
    • CAN U23: l’Égypte sacrée après sa victoire en finale face à la Côte d’Ivoire, 2-1 ap
    Moyen-Orient

    Iran: un nouveau ministre qui plait au Parlement

    media Mohammad Farhadi, le 26 novembre 2014, devant le Parlement iranien. AFP PHOTO/ATTA KENARE

    Mohammad Farhadi, cinquième candidat au poste de ministre des Sciences, de la Recherche et des Technologies, présenté par le président iranien Hassan Rohani, a obtenu mardi 24 novembre la confiance du Parlement, au terme d'une longue bataille idéologique décisive pour les projets d'ouverture du chef de l'exécutif.

    Depuis son élection, il aura fallu que le président iranien propose un cinquième candidat, en l'occurence Mohamed Farhadi pour qu'il ait gain de cause.

    Le ministère des Sciences, de la Recherche et des Technologies est un portefeuille sensible. C'est lui qui a la haute main sur le secteur des universités, donc sur les activités des étudiants, et sur ce point le régime ne plaisante pas. Il cherche à contrôler sévèrement les activités politiques des étudiants.

    Fin août, les députés avaient révoqué le ministre d'alors, Reza Faraji Dana, jugé trop proche des réformateurs. Les soutiens de M. Faraji Dana avaient alors dénoncé une décision « politiquement instrumentalisée » après les révélations par le ministre d'un scandale de bourses universitaires illégalement accordées par le précédent gouvernement.

    La révocation du ministre illustrait aussi les tensions entre le gouvernement et le Parlement, dominé par les conservateurs, qui craint la politique d'ouverture vers l'Occident prônée par M. Rohani. L'aile dure du camp conservateur dénonce un laxisme dans le respect de la morale islamique et « l'invasion » de valeurs occidentales.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.