GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: des dizaines de milliers de soldats fictifs dans l'armée!

    media Un membre des forces de sécurité irakiennes tire sur une position islamiste, 115 km au nord de Bagdad, le 24 novembre 2014. REUTERS/Stringer

    En plus de combattre l’organisation Etat islamique, l’armée irakienne mène également une lutte interne. Elle est en pleine restructuration depuis la nomination du nouveau gouvernement cet été. Plusieurs officiers hauts gradés ont été limogés pour corruption. Et, ce dimanche 30 novembre, le Premier ministre a révélé cette information : Bagdad payait jusque là des salaires à 50 000 soldats fictifs !

    Ces salaires fictifs étaient jusqu'ici perçus par des officiers véreux. Pour y parvenir, ceux-ci utilisaient deux combines : en tant que haut gradés, chaque responsable de l’armée irakienne est autorisé à avoir cinq gardes à sa disposition. Ces gardes étaient alors engagés, trois d’entre eux renvoyés, leur commandant oubliait sciemment de prévenir sa hiérarchie et l’Etat continuait de lui verser le salaire des cinq employés.

    Morts non déclarés

    La seconde possibilité concerne directement les forces combattantes. Les déserteurs ou les hommes tombés durant les batailles n’étaient pas déclarés par leur chef de division qui préférait alors percevoir leur solde. 

    Effectifs en peau de chagrin

    Les autorités irakiennes, qui croyaient combattre les jihadistes avec un effectif important découvrent qu’en réalité 50 000 de leurs soldats n’ont aucune existence réelle et sont juste de simples noms cochés sur des listes. Depuis sa prise de fonction en septembre 2014, le Premier ministre Haïder al-Abadi a limogé ou mis à la retraite des dizaines d’officiers corrompus.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.