GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 24 Octobre
Vendredi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: difficiles négociations pour l’émissaire des Nations unies

    media Un homme au milieu de ruines dans la ville de Raqqa, le 27 novembre 2014. REUTERS/Nour Fourat

    Staffan de Mistura, l'émissaire des Nations unis, multiplie les efforts pour parvenir à un cessez-le-feu « humanitaire et localisé » dans la ville d'Alep. L'idée d'un accord entre le régime syrien et la rébellion pour cesser les combats localement et faire passer l'aide humanitaire n'est pas nouvelle : plusieurs dizaines d'accords semblables ont été conclus en Syrie depuis 2012, comme le montre un rapport publié par l'ONG syrienne Madani.

    La plus connue de ces trêves humanitaires a été conclue à Homs au printemps dernier. Mais depuis trois ans, le régime et l'opposition n'ont pas cessé de négocier et parfois de conclure des accords similaires, partout dans le pays. Ces accords ont rarement été médiatisés malgré leur importance pour la population locale.

    « Ces négociations se font très souvent en coulisse. Les personnes impliquées risquent leur vie, elles préfèrent donc rester discrètes, explique Rim Turkmani, cofondatrice de l'ONG syrienne Madani. Et puis il n'est pas facile de reconnaître que l'on négocie, surtout du côté de l'opposition. Donc très souvent ces négociations sont restées secrètes. »

    En octobre dernier, l'émissaire de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura a proposé la conclusion d'une trêve humanitaire pour l'ensemble de la ville d'Alep. Cette initiative peut aboutir, estime Rim Turkmani, mais il faut pour cela impliquer les interlocuteurs locaux : « La condition la plus importante, c'est que les gens sur place, disent : "ça suffit, il faut en finir, il faut un accord". A moins d'aller sur le terrain, et de négocier au niveau local, il n'y a aucune chance de parvenir à une trêve. »

    Autre condition à la conclusion d'un accord à Alep : l'implication directe de la communauté internationale pour surveiller la bonne application de la trêve. Car du côté de la rébellion, on craint de voir le régime syrien profiter militairement d'un éventuel cessez-le-feu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.