GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Groupe EI: Washington annonce l’intervention d’avions iraniens

    media Un chasseur F-4 (l'Iran en a possédé jusqu'à 225 environ dans les années 1970, avant la Révolution islamique). REUTERS/ Osman Orsal/Files

    Le Pentagone a confirmé, ce mercredi, que l’Iran aurait procédé à des bombardements aériens sur des cibles de l’organisation Etat islamique en Irak. C'est la première fois que Washington confirme des raids aériens menés par des appareils iraniens contre les jihadistes. Téhéran refuse de commenter ces déclarations.

    La porte-parole de la diplomatie iranienne a refusé de confirmer l’information mais elle a aussitôt ajouté que l’Iran fournissait au gouvernement irakien un soutien militaire et des conseils dans le cadre des règles internationales, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi. Un haut responsable iranien, sous le couvert de l'anonymat, a malgré tout démenti toute intervention à l'agence Reuters. Pourtant, le porte-parole du Pentagone a affirmé que les Etats-Unis avaient des « indications [à propos] de raids aériens menés par l’Iran contre le groupe islamique avec des avions F-4 Phantom ».

    La chaîne al-Jazira a, de son côté, montré des images d'avions semblant être des chasseurs F-4, similaires à ceux utilisés par l'armée de l'air iranienne.

    Les responsables militaires et politiques iraniens ont multiplié ces derniers mois les déclarations sur l’aide apportée à Téhéran pour soutenir le gouvernement irakien mais aussi les peshmergas kurdes pour lutter contre les jihadistes.

    Les Gardiens de la révolution sur le terrain

    Les médias iraniens ont également publié de nombreuses photos du général Ghassem Soleimani, le commandant de la force Qods des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime islamique, en compagnie de militaires irakiens et de peshmergas sur le terrain des opérations. Selon Téhéran, le général Ghassem Soleimani a joué un rôle de premier plan dans la libération de nombreuses villes et régions irakiennes.

    C'est bien une singularité de l'Irak : son gouvernement est soutenu à la fois par Washington et par Téhéran. Et malgré tout ce qui les oppose, les Etats-Unis et l'Iran luttent chacun à leur façon contre l'organisation Etat islamique, qui contrôle toujours de larges portions du territoire irakien. Reste une zone d'ombre. Y a-t-il une coordination entre les forces américaines et iraniennes sur ce théâtre d'opération et si oui sous quelle forme ? Pour l'instant, cette question se heurte à un double tabou. « Nous ne coordonnons pas nos activités avec les Iraniens », dit-on à Washington. Même discours à Téhéran où l'on critique volontiers la coalition bâtie par les Etats-Unis pour combattre l'organisation Etat islamique.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.