GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Juin
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Aujourd'hui
Mardi 25 Juin
Mercredi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Six soldats libanais tués dans une embuscade à la frontière syrienne

    media Des soldats libanais traversent la frontière de la ville d'Ersal, le 5 août 2014. REUTERS/Hassan Abdallah

    Six soldats libanais ont été tués hier, mardi après-midi, dans un guet-apens tendu par des hommes armés dans l'est du pays, non loin de la frontière avec la Syrie, a indiqué l'armée. Des renforts ont été dépêchés dans le secteur et les combats se sont poursuivis mardi soir.
     

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    L'embuscade s'est déroulée dans une région montagneuse désertique près de Ras Baalbeck, une localité à majorité chrétienne, située à la frontière libano-syrienne. Dans cette région vulnérable aux infiltrations de jihadistes, des experts britanniques avaient construit pour l'armée libanaise, l'été dernier, une douzaine de miradors fortifiés.

    Les assaillants ont attaqué la patrouille motorisée à l'aide d'armes automatiques et de roquettes antichar. Après l'embuscade, de violents combats ont éclaté et ont duré une grande partie de la nuit. L'artillerie libanaise a pilonné les positions des jihadistes dans les montagnes ainsi que des colonnes de combattants qui tentaient de s'infiltrer vers les positions de l'armée près de Ersal, plus au sud. L'armée a dépêché d'importants renforts dans le secteur.

    Une des épouses d’Abou Bakr al-Baghdadi arrêtée ?

    Ces incidents sont intervenus quelques heures seulement après l'annonce de l'arrestation par les services de sécurité libanais de deux épouses de jihadistes. La première est la femme d'Anas Charkas, un responsable du Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda.

    La seconde, Saja Douleimé, est de nationalité syrienne ou irakienne. Cette femme, arrêtée avec un ou plusieurs enfants il y a une dizaine de jours, est présentée par certaines sources comme étant l'une des épouses d'Abou Bakr al-Baghdadi, le chef suprême du groupe Etat islamique. Mais la confusion règne toujours sur sa véritable identité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.