GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Baisse des cours du pétrole et sanctions plombent l'économie iranienne

    media Le président iranien Hassan Rohani, durant son discours sur le budget, devant le Parlement, le 7 décembre 2014. AFP PHOTO/ATTA KENARE

    Le président iranien Hassan Rohani a présenté dimanche au Parlement un projet de budget « prudent » en tablant sur un baril de pétrole à 70 dollars, contre plus de 110 dollars pour l’année fiscale, ce qui oblige le gouvernement à se serrer la ceinture.

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    Le président Hassan Rohani a expliqué ce dimanche, devant le Parlement, que le gouvernement avait dû revoir à la baisse ses prévisions en raison de la baisse du prix du pétrole. « Au cours des cinq derniers mois, le prix du baril de Brent est passé de plus de 110 dollars à moins de 70 dollars, soit une baisse de plus de 36%, a ainsi déclaré le président Hassan Rohani. C’est une baisse sans précédent. À court terme, nos revenus vont baisser. Pour compenser cette baisse, nous devons impérativement augmenter les exportations non pétrolières. »

    La baisse du prix du pétrole intervient alors que les exportations pétrolières iraniennes ont déjà chuté de 50% en raison des sanctions imposées depuis 2012 par les Etats-Unis et l'Union européenne, contre le programme nucléaire iranien. Malgré ces pressions économiques, l’Iran refuse toujours de céder sur son programme nucléaire dans les négociations avec les grandes puissances. En tout cas, pour compenser cette baisse, le gouvernement a encouragé les exportations non pétrolières qui vont atteindre cette année 50 milliards de dollars.

    Mais le gouvernement est également contraint d’augmenter les impôts et de baisser la valeur de la monnaie nationale par rapport au dollar, ce qui pourrait relancer l’inflation qui se situe déjà autour des 20%.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.