GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Prise d'otages à Sydney: condamnation de l'Iran

    media Le forcené a contraint les otages à afficher un drapeau noir comportant une phrase en arabe, la chahada, la profession de foi musulmane, disant « il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah et Mahomet est son prophète ». Seven Network

    L'Iran a condamné la prise d'otages en Australie à Sydney, par la voix de la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

    Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

    Marzieh Afkham a condamné la prise d'otage en affirmant que l'état psychologique de l'auteur a été évoqué à plusieurs reprises avec les autorités australiennes. En effet, le preneur d'otages, un iranien de 50 ans, s'est réfugié en Australie en 1996. Man Haron Monis s'est converti du chiisme au sunnisme radical il y a un mois.

    Selon son site officiel, il a fait allégeance au chef de l'organisation Etat islamique. Les médias iraniens ont largement évoqué cette conversion et le fait que les autorités australiennes étaient au courant des penchants extrémistes de cet activiste.

    Pour le quotidien conservateur Vatan Emrooz, les services de renseignement australiens n'ont pas pris les mesures nécessaires contre Haron Monis parce qu'ils ont été trompés par les services de renseignement américains et britanniques.

    D'autres médias ont souligné que les autorités australiennes ont refusé d'écouter les responsables iraniens sur l'état psychologique de Haron Monis et ont refusé de le remettre à Téhéran pour des raisons politiques.

    L'Iran à majorité chiite combat les jihadistes du groupe Etat islamique en Irak et en Syrie.
    D'ailleurs, ces jihadistes considèrent les chiites comme des infidèles qu'il faut tuer.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.