GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Irak: à Guermawa, les réfugiés encore hantés par leur fuite de Mossoul

    media Une famille de déplacés dans le camp de Khanki dans la province de Dohuk, le 29 novembre 2014. REUTERS/Ari Jalal

    Les offensives des forces kurdes se poursuivent dans le nord-ouest de l’Irak. Les peshmergas gagnent chaque jour davantage de terrain face à l’organisation Etat islamique. Les jihadistes ont été repoussés vers la frontière syrienne ou se sont retranchés dans Mossoul. Depuis sa prise en juin dernier, cette ville est considérée comme leur fief dans cette région de l’Irak. A Mossoul, le groupe islamiste a terrorisé la population qui a été obligée de fuir. Des milliers de civils sont aujourd’hui réfugiés dans des camps comme celui de Guermawa dans le Kurdistan irakien.

    Avec notre envoyé spécial à Guermawa, Sami Boukhelifa

    A Guermawa, certains réfugiés s’occupent de monter une tente. Un geste bénévole pour aider une famille qui vient de perdre la sienne dans un incendie. Parmi ces réfugiés venus donner un coup de main, Ibrahim Ismaïl. Le jeune homme vit avec femme et enfant dans ce camp. Six mois après sa fuite de Mossoul, il se dit hanté par la nuit de son départ :

    « Ils ont tué mes voisins et s’apprêtaient à m’exécuter, raconte-t-il. J’ai pris ma fille et ma femme, nous avons sauté par une fenêtre. Ça a été l’un des pires moments de ma vie… C’était l’horreur, ce sont des monstres. Nous avons abandonné notre maison, la voiture, nos affaires. Mon voisin a été tué par balle. Ils lui ont dit : tu n’es pas musulman. »

    « Ils nous ont dit qu’on était des mécréants »

    A Mossoul, la quasi-totalité de la population a été accusée d’apostasie par l’organisation Etat islamique. Beaucoup ont été tués. Mohamed Saleh, un jeune homme de 20 ans, se dit très chanceux : il a été torturé puis relâché. « Ils m’ont tabassé. J’ai été roué de coups. Ces hommes avec leur longue chevelure étaient déchaînés. Ils ont détruit notre mosquée et notre maison. Ils nous ont dit qu’on était des mécréants. C’est quoi cette histoire ? » S'emporte-t-il.

    Comme Ibrahim et Mohamed, les 1 700 réfugiés du camp Guermawa ont chacun une histoire tragique à raconter. Aujourd’hui, tous n’attendent qu’une chose : pouvoir rentrer chez eux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.