GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    200 000 Kurdes de Syrie et d'Irak ont fui vers la Turquie

    media Afflux de réfugiés syriens kurdes à la frontière avec la Turquie. Ils fuient Kobane. Le 27/09/14. REUTERS/Murad Sezer

    La Turquie était déjà le premier pays d’accueil des réfugiés syriens, avec 2 millions de personnes vivant dans des camps ou des logements privés. Depuis l’offensive des jihadistes de l’Etat islamique en août, elle héberge également des Kurdes d’Irak et de Syrie. Ils ne sont pas forcément toujours les bienvenus, mais ils sont de plus en plus nombreux.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    Le chiffre donné par l'AFAD, la Direction de gestion des crises et catastrophes naturelles de gestion des crises et catastrophes naturelles, comptabilise officiellement 200 000 Kurdes qui ont fui en Turquie le siège et l’assaut du canton de Kobane par les Islamistes depuis septembre. Mais, ce chiffre est sans doute très en dessous de la réalité, en raison des entrées clandestines qui peuvent être estimées à quelque 50 000 autres personnes.

    Bien qu'accueillis très majoritairement par les mairies et la population locale kurde, ces réfugiés restent trop souvent indésirables aux yeux des autorités turques, qui avaient réservé un peu le même sort aux réfugiés de l’invasion du Sinjar, en août dernier. Au moins 100 000 Kurdes yézidis avaient ainsi pu s’installer en Turquie mais illégalement et sous la seule protection des mairies kurdes du sud-est du pays.

    En effet, dans les provinces limitrophes de Kobane, à Maras, il y a une dizaine de jours et ce week-end encore à Urfa, les gouverneurs ont fait savoir qu’ils ne souhaitaient pas recevoir ces nouveaux migrants kurdes sur leur territoire. Ils ont vidé ou refusé leur installation dans de nouveaux campements.

    Depuis le printemps 2011, la Turquie a reçu près de 2 millions et demi de réfugiés, en donnant la part belle aux populations arabes et turkmènes sunnites. Mais, les Kurdes restent nettement en marge de l’assistance d’Ankara.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.