GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Un an après sa disparition, le sous-marin argentin «San Juan» a été localisé dans l'Atlantique (officiel)
    Moyen-Orient

    Irak: féroce offensive des peshmergas pour libérer Sinjar

    media Vue générale de la ville de Sinjar lors d'affrontements le 22 décembre 2014. REUTERS/Stringer

    Presque une semaine après avoir brisé le siège du mont Sinjar, dans le nord-ouest de l’Irak près de la frontière syrienne, les combattants kurdes irakiens peshmergas et leurs cousins turcs du PKK mènent une offensive acharnée contre l’organisation Etat islamique. L’objectif est de chasser les jihadistes de la ville de Sinjar, désertée par ses habitants.

    Avec notre envoyé spécial sur le front du Sinjar, Sami Boukhelifa

    Sinjar est désormais un véritable champ de bataille. Depuis cinq jours, 24 heures sur 24, la lutte y est acharnée. Les tirs sont sans répit. L'objectif des Kurdes n'est pas atteint, et sur la ligne de front, les ambulances évacuent les blessés les uns après les autres. Beaucoup de combattants perdent la vie. Les forces kurdes disposent pourtant d’artilleries lourdes, mais pour le général peshmerga Hashti Kotcher, il est hors de question de déployer les grands moyens au milieu d’une zone d’habitations. « Nous ne voulons pas utiliser des missiles pour ne pas détruire les infrastructures de base. Nous voulons y aller étape par étape », dit-il.

    Le drapeau noir des jihadistes flotte sur les deux tiers de la ville, qui est en train de brûler. Les forces de l'Etat islamique ont en effet incendié plusieurs immeubles, desquels s’élèvent des colonnes de fumée noire. Leur but est de brouiller la visibilité des avions de la coalition internationale qui survolent Sinjar. Car comme à Kobane, ville du Kurdistan syrien récemment débarrassée des jihadistes, l’aviation de la coalition est en appui des troupes au sol.

    Des combattants kurdes sur le mont Sinjar, le 22 décembre 2014 en Irak. REUTERS/Stringer

    Vêtements, carcasses ; les routes portent les stigmates de la guerre

    Selon les peshmergas, la victoire est toute proche, d’autant que les renforts sont arrivés. Les combattants kurdes de Turquie, hommes et femmes, ont volé au secours de Sinjar par centaines. Nojine Amad, une Kurde de 31 ans, coordonne les opérations : « Nous ne cèderons pas à Sinjar, assure-t-elle. Nous ne quitterons pas les lieux tant que la ville ne sera pas libérée. Lorsque des Kurdes sont opprimés ou menacés, peu importe où ils se trouvent, le mouvement révolutionnaire du PKK sera là pour les défendre. Il faut aider les civils. Nous aidons les Yézidis, comme nous avons aidé la population de Kobane. »

    La route qui mène à la ville est déjà sécurisée. Néanmoins, elle porte encore les stigmates des derniers jours de combats. Des dizaines de véhicules calcinés jonchent les abords des voies. A côté de ces voitures, on remarque aussi plein de vêtements éparpillés au sol. Ce sont ceux des habitants de Sinjar qui, pris de court par les jihadistes, avaient tout abandonné sur place et pour fuir à pied. Dans cette région, les jihadistes se replient depuis quelques jours, certes, mais sur leur chemin, ils sèment la désolation. Ils ont miné les routes et piégé les différentes bâtisses. Sur ces dernières, ils ont tagué, en signe de défiance : « L’Etat islamique demeurera ».

    Sinjar, cette montagne rocailleuse, est longtemps restée assiégée par les jihadistes...
    Reportage à la frontière entre la Syrie, la Turquie et l'Irak 27/05/2015 - par Sami Boukhelifa Écouter

    → À (RE)LIRE : L’exécutif américain autorise la vente de chars lourds à l’Irak

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.