GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Janvier
Lundi 15 Janvier
Mardi 16 Janvier
Mercredi 17 Janvier
Aujourd'hui
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Bahreïn: arrestation du chef de l'opposition chiite

    media Des opposants brandissent le portrait du cheikh Ali Salman, le secrétaire général d'al-Wifaq, pendant son interrogatoire. Bilad al-Qadeem, le 28 décembre 2014. REUTERS/Hamad I Mohammed

    Au Bahreïn, Ali Salman, le secrétaire général d'al-Wifaq, la principale formation de l'opposition, a été arrêté après avoir été interrogé par la police toute la journée de dimanche et il devait être présenté au parquet afin d'être poursuivi par la justice de ce petit royaume du golfe Persique.

    Le pouvoir donc n'a pas traîné : au lendemain du congrès qui l'a reconduit pour quatre ans à la tête d'al-Wifaq, Ali Salman a été interrogé toute la journée au siège de la police pour violation de la loi. Le paradoxe est que le mouvement chiite, qui est la principale formation de l'opposition, a tenu son congrès justement pour se mettre en conformité avec la loi sur les associations, comme le demandait la justice du Bahreïn.

    Les autorités avaient en effet suspendu al-Wifaq pour trois mois après sa décision de boycotter les élections du mois de novembre. Durant le congrès qui vient de se tenir, al-Wifaq a réaffirmé sa stratégie de dialogue avec la dynastie sunnite des al-Khalifa, mais il a aussi annoncé que la contestation qui secoue le petit royaume depuis près quatre ans se poursuivrait tant qu'une véritable monarchie constitutionnelle ne serait pas instaurée.

    D'un côté, les autorités du Bahreïn tentent de convaincre le monde extérieur de leur volonté de dialogue, mais de l'autre, al-Wefaq, son seul partenaire, est présenté par ces mêmes autorités comme une organisation qui menace la sécurité de l'Etat dès qu'elle critique le pouvoir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.