GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Janvier
Lundi 15 Janvier
Mardi 16 Janvier
Mercredi 17 Janvier
Aujourd'hui
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Liban: attentat-suicide à Tripoli revendiqué par le Front al-Nosra

    media Sur les lieux de l'attentat, à Tripoli, au Liban, le 10 janvier 2015. REUTERS/Stringer

    Au Liban, un double attentat-suicide contre un café fréquenté par des membres de la communauté alaouite dans la ville de Tripoli, dans le nord du pays, a fait 9 morts et 36 blessés. L'attaque a été revendiquée par le Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda. Mesure sans précédent, le gouverneur du Liban-Nord a décrété un couvre-feu jusqu'à dimanche matin, dans les quartiers aux alentours. 

    Avec notre correspondant au Liban, Paul Khalifeh

    Ce double attentat suicide intervient après un répit de six mois au Liban. L'attaque a pris pour cible un café populaire dans le quartier à majorité alaouite de Jabal Mohsen, à Tripoli, la deuxième ville du pays.

    Après une première bombe actionnée par un kamikaze, son complice a fait exploser la charge qu'il portait sur lui au milieu de la foule venue secourir les victimes. Les explosions ont fait d'importants dégâts dans l'établissement et les bâtiments environnants et provoqué un incendie. Des corps déchiquetés ont été projetés dans la rue.

    Les deux kamikazes ont été rapidement identifiés. Il s'agit de deux Libanais habitant le quartier voisin de Mankoubin, à majorité sunnite. Bilal Mohammad Ibrahim et Samir Kayyal sont respectivement âgés de 32 ans et 21 ans. Le Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda, a revendiqué sur un des ses comptes Twitter l'attaque de Tripoli

    Le groupe terroriste a indiqué qu'«un café du parti nussairi, -le terme utilisé par les extrémistes pour désigner les alaouites- a été visé pour venger les sunnites de Syrie et du Liban».

    Pour éviter un déchainement de violence en réaction à l'attaque, le gouverneur du Liban-Nord a décrété un couvre-feu jusqu'à dimanche 7h du matin. Une mesure sans précédent au Liban même au plus fort de la vague d’attentats-suicides qui a frappé le pays de juillet 2013 à février 2014. L'armée libanaise a renforcé ses patrouilles dans la ville. Cela n'a pas empêché des inconnus de lancer une grenade sur le quartier sunnite de Bab el-Tebbaneh, où un enfant a été blessé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.