GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    La Jordanie s’interroge sur le sort du pilote et l’engagement du pays

    media Le père du pilote jordanien a demandé au groupe Etat islamique de pardonner et de libérer son fils lors d'une conférence de presse, le 1er février 2015. REUTERS/Muhammad Hamed

    Le second otage japonais a été exécuté, a-t-on appris dimanche. L’organisation Etat islamique menaçait de tuer l'otage japonais et le pilote jordanien, si la prisonnière irakienne Sajida al-Richawi n’était pas libérée comme demandé. La Jordanie avait accepté le principe de l'échange si son otage faisait aussi partie de l'accord.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Férat

    Le gouvernement s'est contenté de condamner l'exécution de l'otage japonais, sans évoquer la question que tout le monde se pose : le pilote Moad Kasasbeh, capturé le 24 décembre dernier par le groupe Etat islamique après le crash de son avion, est-il encore vivant ?

    Il n’y a eu aucune preuve de vie depuis décembre. Il y a donc une vraie angoisse. Il y a aussi de l'espoir : l'organisation Etat islamique a par deux fois reculé son ultimatum. Des voix, surtout celles de l'opposition, se sont élevées pour dénoncer l'engagement de la Jordanie dans la coalition depuis des semaines. On a pu lire dans les manifestations demandant la libération du pilote : « Ce n'est pas notre guerre »

    Trêve politique

    Mais depuis deux jours, tout est calme. Pour Oreb al-Rintawi, directeur du centre d'études politiques al-Quds, il y a ces derniers jours comme une trêve politique.

    « Le roi dit que c'est notre guerre, que c'est la responsabilité des musulmans de lutter contre l'extrémisme et de prendre la tête de la lutte contre l'Etat islamique, dit-il. Certains Jordaniens ne pensent pas comme cela. Ils pensent que ce n'est pas notre guerre, que nous ne devrions pas en être. Mais ce qu'on voit ces derniers jours, c'est que les gens ont mis cela de côté et mettent la priorité sur la libération du pilote. »

    Membre d’une tribu importante, une députée a fait scandale. Elle a dénoncé sur une télévision arabe les pressions américaines pour pousser la Jordanie à une opération militaire terrestre en Syrie. « Cette guerre n'est pas la nôtre », a-t-elle déclaré.

    → À (RE)LIRE :Coalition contre EI: le rôle de la Jordanie ?

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.