GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
Mercredi 25 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 27 Avril
Samedi 28 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Le blogueur Raif Badawi renvoyé devant la cour pénale saoudienne

    media L'affiche de soutien d'Amnesty international à Raif Badawi. Amnesty international France

    Il n'y a pas eu de flagellation ce vendredi 6 février pour Raif Badawi. Le blogueur saoudien, condamné à 10 ans de prison et 1 000 coups de fouet, échappe pour la quatrième fois à ce châtiment. La Cour suprême saoudienne vient de renvoyer son dossier devant la cour criminelle.

    Avec notre correspondante à Ryad, Clarence Rodriguez

    Que signifie la décision de la Cour suprême de renvoyer le blogueur Raif Badawi devant la cour pénale ? Il se dirige en tous les cas vers un nouveau procès. Sa peine peut être commuée, définitivement annulée ou bien restée en l’état. Mais pour l’heure, rien n’est clairement défini.

    Ce n’est pas la première fois que le blogueur saoudien est traduit devant ce tribunal criminel. La dernière fois, c’était en mai 2014. Sa peine initiale était passée de sept à dix ans de prison et de 600 à 1 000 coups de fouet. Sa femme et ses proches espèrent que Raïf Badawi fera partie des 2 500 prisonniers qui vont bénéficier de la grâce royale ou voir leur peine réduite ou annulée. Seulement ce sont des personnes dont l’amende était inférieure à 60 000 euros. Ce n’est pas le cas de Raif Badawi qui est condamné à verser une amende de 200 000 euros.

    La décision de la Cour suprême et le fait que les coups de fouet ont été reportés pour la quatrième fois consécutive sont des petits signes d’espoir. Mais pour Amnesty international et Reporters sans frontières, le combat continue jusqu’à l’annulation définitive de la peine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.