GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Aujourd'hui
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: les rebelles houthis prennent le pouvoir

    media Des combattants houtis montent la garde devant le palais présidentiel de Sanaa, le 6 février. REUTERS/Mohamed al-Sayaghi

    Au Yémen, les rebelles chiites d’Ansarullah ont pris le contrôle des institutions du pays, resté sans gouvernement après la démission du président Mansour Hadi le 22 janvier dernier. Vendredi 6 février, dans une « déclaration constitutionnelle », les Houthis ont annoncé la dissolution du Parlement et la mise en place d’instances de transition.

    Les Houthis avaient donné aux partis politiques yéménites jusqu'à mercredi pour se mettre d’accord sur une sortie de crise, menaçant de prendre eux-mêmes l’initiative en cas d’échec. Les négociations menées en présence d’un émissaire de l’ONU n’ont pas abouti et les rebelles ont mis leur menace à exécution. Ils ont chargé un comité révolutionnaire de mettre en place des institutions de transition pour diriger le pays pendant deux ans, le temps d’élaborer une nouvelle Constitution et d’organiser des élections. Dès l’annonce de la rébellion, des centaines de personnes ont manifesté dans différentes villes du pays pour dénoncer un coup d’Etat de la minorité chiite.

    Depuis qu'il a pris le contrôle de la capitale Sanaa en septembre dernier, le mouvement houthis n’a cessé de marquer des points. A l’origine cantonnée dans le nord du pays, fief des chiites zaïdites qu’elle représente, la rébellion prend aujourd'hui le pouvoir d’un pays en plein chaos. Car le Yémen doit également faire face à un mouvement indépendantiste au sud, et surtout à la progression d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), qui étend son emprise sur le territoire malgré les actions militaires américaines. La première réaction internationale a d'ailleurs été celle des Etats-Unis. Washington a exprimé sa désapprobation.

    Ils se sont faits les porte-paroles des mécontentements populaires
    Marine Poirier, chercheuse spécialiste du Yémen 07/02/2015 - par Nicolas Falez Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.