GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    A Beyrouth, Saad Hariri ferme et critique avec le Hezbollah

    media L'ancien Premier ministre Saad Hariri à Beyrouth à l'occasion du dixième anniversaire de l'assassinat de son père, Rafic Hariri. REUTERS/Mohamed Azakir

    L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri, qui vit entre Paris et Riyad, est rentré à Beyrouth pour participer à la commémoration du dixième anniversaire de l'assassinat de son père, Rafic Hariri, tué dans un attentat à Beyrouth le 14 février 2005. Le principal leader sunnite libanais n'a pas mâché ses mots à l'égard du Hezbollah.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Dans son discours, Saad Hariri s'est montré ferme et critique à l'égard du Hezbollah, sans toutefois être cassant et vindicatif. Le leader sunnite a déclaré que les différends avec le parti chiite sont nombreux, avant d'en dresser la liste : le refus du Hezbollah de remettre à la justice les accusés dans l'assassinat de son père Rafic Hariri ; l'implication du parti pro-iranien dans la guerre en Syrie aux côtés de l'armée de Bachar el-Assad ; le désaccord sur les crises au Yémen et à Bahreïn ; la question de la légalité des armes du Hezbollah.

    L'ancien Premier ministre a martelé que son courant politique, proche de l'Arabie saoudite, « ne permettra pas au Hezbollah de décider de la guerre ou de la paix au Liban », une question qui est, selon lui, du ressort exclusif de l'Etat libanais.

    Dans le même temps, Saad Hariri a souligné les bienfaits du dialogue en cours entre son parti et le Hezbollah, notamment l'apaisement des tensions confessionnelles entre sunnites et chiites. Ce dialogue, a-t-il dit, sert à protéger le Liban et à préserver la stabilité et la sécurité du pays, face à la montée de l'extrémisme. Il pourrait aussi contribuer à l'élection d'un président de la République, un poste vacant depuis près de neuf mois.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.