GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Pétrolier «confisqué»: Washington dénonce la «surenchère de la violence» de l'Iran
    • Iran: les Gardiens de la révolution disent avoir «confisqué» un tanker britannique
    • Tensions entre Séoul et Tokyo: Trump se dit prêt à aider
    • Drone iranien: «Aucun doute, nous l'avons abattu» (Trump)
    • Tour de France 2019: Alaphilippe remporte le contre-la-montre et conforte son maillot jaune
    • Kosovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, annonce sa démission
    Moyen-Orient

    Twitter, nouveau terrain de jeu des hommes politiques libanais

    media Le compte Twitter officiel de Samir Geagea, chef chrétien candidat à la présidence de la République au Liban.

    Au Liban, la menace d’attentats pèse sur les hommes politiques et certaines personnalités appartenant à des camps adverses ne se rencontrent presque jamais. Malgré cela, ces politiciens maintiennent entre eux une communication minimale grâce à Twitter.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Twitter est devenu, ces derniers mois, l’outil de communication privilégié pour un grand nombre d’hommes politiques libanais, notamment ceux qui limitent leurs déplacements pour des raisons de sécurité ou qui se rencontrent rarement en raison des divergences qui les séparent. Twitter leur permet de réagir aux événements plus rapidement qu’une conférence de presse ou qu’une interview, et de toucher la diaspora libanaise comptant des millions de personnes dans le monde.

    Mais tous ces politiciens ne font pas le même usage de Twitter. Beaucoup se contentent d’exprimer un point de vue et de commenter un événement. D’autres l’utilisent pour adresser à leurs adversaires des amabilités pleines de sous-entendus. C’est le cas du chef chrétien Samir Geagea qui a souhaité, début février, un joyeux anniversaire à son principal rival Michel Aoun, en espérant qu’ils parviendront à conclure un accord politique avant son prochain anniversaire, dans un an. Ils sont tous deux candidats à la présidence de la République, un poste vacant depuis dix mois. Michel Aoun a rapidement réagi en le remerciant pour ses vœux, mais en espérant que cette entente intervienne avant la fin de la période du carême.

    Samir Geagea a aussi choisi Twitter pour répondre aux critiques du leader de la communauté druze Walid Joumblatt, qui a fait assumer aux chrétiens la responsabilité de la vacance de la présidence. Samir Geagea a publié sur son compte : « A l'attention de mon ami, Walid Joumblatt, ce qui empêche l'élection d'un président ce ne sont pas "les conflits intérieurs byzantins" mais le boycottage des séances électorales par certains blocs parlementaires ». Il a aussi adressé une réponse similaire à travers Twitter au président du Parlement Nabih Berri, qui a formulé, indirectement, les mêmes critiques que Walid Joumblatt à l'adresse des chrétiens.

    Enfin, certains utilisent Twitter comme agence de presse comme l’ancien Premier ministre Saad Hariri qui passe son temps entre Paris et Riyad pour des raisons de sécurité. Son compte est géré par une équipe de spécialistes qui informe le public d’une manière continue des activités, des rencontres et des déplacements du leader sunnite. Des tweets, mais aussi beaucoup de photos et de vidéos.

    Si tous ces politiciens ont un compte, ils ne sont pas tous aussi actifs et leur nombre d’abonnés diffère. Saad Hariri en a 460 000, Samir Geagea plus de 110 000, Michel Aoun est à 27 000, d’autres quelques centaines seulement. Mais ils interviennent tous les jours. Ce n’est pas le cas du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui dispose d’un compte, mais dont le dernier tweet remonte au 25 juillet 2014. Ou de Nabih Berri qui s’est exprimé la dernière fois le 13 septembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.