GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Trump: les USA détermineront «dans les deux prochains jours» qui a tué Khashoggi
    • L'ex-chef de milice centrafricain Yekatom est arrivé au centre de détention de la CPI (porte-parole)
    • Etats-Unis: le candidat démocrate au poste de gouverneur de Floride concède sa défaite
    Moyen-Orient

    Egypte: al-Sissi limoge son ministre de l’Intérieur

    media Le désormais ex-ministre égyptien de l'Intérieur, Mohamed Ibrahim. REUTERS/El-Youm el-Sabaa Newspaper/Files

    Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a procédé à un mini-remaniement ministériel concernant huit portefeuilles sur 35. Il s’agit de ceux de la l’Agriculture, de l’Habitat, de l’Education, l’Enseignement technique, de la Culture, du Tourisme, des Télécommunications, et surtout celui de l’Intérieur, le général de police Mohamed Ibrahim, qui semblait pourtant inamovible.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    Mohamed Ibrahim avait été nommé ministre de l’Intérieur par le président Frère musulman Mohamed Morsi en janvier 2013. Soupçonné d’être proche de la confrérie, tout comme le ministre de la Défense d’alors Abdel Fattah al-Sissi, Ibrahim allait s’allier avec ce dernier pour destituer Morsi en juillet 2013 après un soulèvement populaire non réprimé.

    Confirmé à son poste par le président intérimaire Adly Mansour, Ibrahim a dirigé la dispersion sanglante des sit-in des Frères musulmans de Rabaa et de Nahda, ainsi que la répression qui a suivi et qui a fait près de 1500 morts.

    Toutefois, la multiplication des attentats de grande envergure, mais aussi de ceux, moins meurtriers, du quotidien, ont érodé son image. Les bavures policières, de la mort d’une trentaine de prisonniers à celle d’une vingtaine de spectateurs lors d’un match de foot, en passant par le meurtre de la militante Chaymaa al-Sabbagh, ont aussi faire de Mohamad Ibrahim un boulet au pied du président al-Sissi. Il a donc été renvoyé - remplacé par un ancien directeur du département de la sécurité nationale, le général de réserve Magdi Abdel Ghaffar - sans toutefois y perdre beaucoup dans l'affaire puisqu'il devient conseiller du Premier ministre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.