GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les Saoudiens redoutent l'enlisement au Yémen

    media Beaucoup de Saoudiens disent être opposés à une intervention terrestre. Les autorités privilégient pour l'heure les actions aériennes. REUTERS/Nabeel Quaiti TPX IMAGES OF THE DAY

    Sixième jour de l’opération «Tempête décisive» conduite par l’Arabie saoudite au Yémen. Forte du soutien de la Ligue arabe, la coalition maintient une pression militaire sur les rebelles chiites pro-iraniens et leurs alliés, cibles de nouveaux raids aériens du nord au sud du pays. Comment la population saoudienne ressent-elle ce conflit qui se joue aux portes du royaume ?

    Avec notre correspondante à RiyadClarence Rodriguez

    Aux premiers jours de cette offensive, qui a débuté dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, la population saoudienne est passée du stade de l’étonnement, de l’observation pour finalement soutenir unanimement la coalition menée par le royaume. Il y a comme une sorte de fierté nationale. On le ressent bien. On peut ainsi frequemment lire des messages de soutiens publiés dans la presse locale.

    En revanche, bien que l’Arabie saoudite soit un pays majoritairement sunnite, il ne faut pour autant pas occulter les chiites saoudiens qui représentent 20 % de la population, implantés principalement à l’est du royaume dans les sites pétrolifères. Des chiites soutenus à distance par Téhéran selon le gouvernement saoudien.

    Ils suivent avec grand intérêt ce qui se passe au Yémen. Et il est évident que l’opération Tempête décisive pourrait à nouveau soulever un vent de contestation dans cette région. Les autorités saoudiennes, inquiètes, y ont renforcé la sécurité.

    Certains Saoudiens ne souhaitent pas que l’Arabie saoudite s’engage dans une intervention terrestre. Il faut savoir que les 2 000 kilomètres de montagne qui séparent l’Arabie saoudite du Yémen présentent un terrain hostile. C’est beaucoup trop risqué. C'est la raison pour laquelle le Pakistan rejoint la coalition et envoie des troupes au sol, plus expérimentés que les Saoudiens, sur ce genre de terrain.

    Si pour le roi Salman et son fils Mohamed ben Salman, jeune ministre de la Défense, cette opération Tempête décisive constitue un baptême du feu, il n’empêche que la population souhaite que cette guerre au Yémen ne s’enlise pas trop. Avec le temps, cela pourrait laisser des traces, des traumatismes indélébiles.

    45 morts

    Sur le terrain, au moins 45 personnes ont été tuées et 65 blessées dans un raid aérien qui a touché un camp de déplacés dans le nord-ouest du Yémen, ce lundi, affirme l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

    Parallèlement à ces bombardements de la coalition menée par l’Arabie saoudite, des navires de guerre sont entrés en actions contre des forces de l’ancien président Saleh et des rebelles Houthis qui se dirigeaient vers Aden dans le Sud. Les milices chiites houthis ont pris position dans les faubourgs de l’ancienne capitale du sud. « Symboliquement si les Houthis sont à Aden, cela [voudrait] dire que l’unité du Yémen est reconstituée même si dans la pratique, les Houthis ne contrôlent qu’une petite partie du pays, explique Gilles Gauthier, ancien ambassadeur de France à Sanaa au micro de RFI. Mais ils contrôlent les deux anciennes capitales des deux Etats indépendants qui étaient le Yémen-Nord et le Yémen-Sud avant 1990. »

    Mais, selon l'ancien diplomate, il va falloir que les Houthis s'implantent mieux s'ils veulent enlever le Sud aux autorités : « Les Houthis sont des gens du nord du Yémen, des tribaux, des guerriers mais la majorité des cadres du Yémen ne proviennent pas de cette région. Il faudra qu’une partie des gens de ces régions du Sud coopèrent avec les Houthis si les Houthis veulent instaurer un régime stable sur la totalité du territoire. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.