GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    La situation au Yémen est «extrêmement alarmante», selon l’ONU

    media Une famille yéménite prépare ses affaires pour fuir Sanaa, le 29 mars 2015. AFP PHOTO / MOHAMMED HUWAIS

    La situation au Yémen est « extrêmement alarmante ». C’est avec ces mots que le haut-commissaire des Nations unies a qualifié l’évolution de la situation dans le pays. Les Houtis combattent férocement pour conquérir le territoire et les avions de la coalition poursuivent leur pilonnage intensif des sites de rebelles. Le nombre de déplacés augmente et l’on craint de plus en plus une pénurie alimentaire. Le président Hadi, réfugié en Arabie saoudite, réclame désormais une intervention terrestre de la coalition.

    Les forces saoudiennes et les milices chiites houthis ont échangé ce mardi des tirs d’artillerie et de roquettes sur plusieurs points de la frontière, des affrontements très intenses et sans précédent. Tout le pays semble désormais pris en étau. Si au Nord on assiste désormais à des affrontements directs, au Sud, les milices chiites houthis seraient parvenues à prendre une base militaire du détroit de Bab el-Mandeb. Un lieu stratégique, car ce détroit, d'une trentaine de kilomètres seulement, qui sépare le Yémen de Djibouti, est considéré comme l'une des zones les plus importantes au monde en termes de trafic maritime. Tout navire souhaitant passer le canal de Suez est obligé de l'emprunter. A Aden, la deuxième ville du pays et fief du président yéménite, les Houthis continuent d’exercer leur pression, malgré les bombardements des avions de la coalition.

    Pendant que les combats font rage, la diplomatie, elle, est au point mort. L’Iran, qui soutient les Houthis, estime que l’Arabie saoudite commet une erreur stratégique, alors que Riyad affirme que l’offensive de la coalition se poursuivra jusqu’au rétablissement de la stabilité au Yémen. Téhéran estime qu’il est tout de même possible de coopérer avec l’Arabie saoudite pour rétablir le calme et le dialogue au Yémen, mais pour l’instant aucune discussion ne semble avoir été engagée.

    Le Yémen au bord de la crise humanitaire

    Sur le plan humanitaire, les organisations internationales présentes sur place sont prises au dépourvu et ne parviennent plus à venir en aide à la population. Mardi soir, les Nations unies ont annoncé le retrait de tout son personnel étranger du pays.

    Les treize derniers employés étrangers de l’ONU ont quitté le Yémen. Seuls les employés locaux, plusieurs centaines, resteront présents. C’est un porte-parole de l’organisation qui a annoncé la nouvelle, confirmant ainsi les difficultés rencontrées sur place par les organisations internationales pour venir en aide aux civils.

    L’intensification des frappes aériennes de la coalition, notamment sur la capitale Sanaa, et la pression exercée par les milices chiites Houthis aux portes d’Aden empêchent tout travail selon différentes organisations.

    Il y a des mouvements de panique. Certains produits commencent à manquer.

    Hajir Maalim, directeur d'Action contre la faim (ACF) au Yémen

    par Elisa Brinai

    01/04/2015 Écouter

    Le Comité international de la Croix-Rouge, n’a pas pu obtenir les garanties nécessaires pour faire atterrir un avion chargé de matériel médical. Médecins sans Frontières (MSF), de son côté, dénonce les fermetures des aéroports internationaux et les restrictions d’accès au port d’Aden. Pour Hajir Maalim, directeur d'Action contre la faim (ACF) au Yémen, il existe à terme un risque de ne plus être en mesure de nourrir la population. Le Yémen dépend essentiellement des importations.

    Depuis l’intervention de l’Arabie saoudite, jeudi dernier, des dizaines de civils ont été tués dans les affrontements dont au moins 62 enfants, selon l'Unicef. Les hôpitaux sont réellement pleins de morts et de blessés, selon Cécile Pouilly, porte-parole du haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme. Les déplacés se comptent par milliers et ont du mal à rejoindre les camps déjà mis en place. Il est « extrêmement difficile d’atteindre les populations touchées, car les mouvements sont très risqués », estime ainsi le directeur des opérations de MSF. Pour Hajir Maalim (ACF) également il est de plus en plus difficile de venir en aide aux déplacés.

    L’attaque sur le camp du Nord lundi a effrayé beaucoup de déplacés, alors la plupart rejoignent les villages pour rester dans leurs familles ou bien ils occupent les écoles et tous les bâtiments vides.

    Hajir Maalim, directeur d'Action contre la faim (ACF) au Yémen

    de Elisa Brinai

    01/04/2015 Écouter

    Le ministre yéménite des Affaires étrangères réclame désormais une intervention terrestre de la coalition. Une option très crédible. L’Arabie saoudite a déjà amassé des dizaines de milliers de soldats à sa frontière avec le Yémen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.