GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Le Pakistan va-t-il intervenir dans les combats au Yémen?

    media Le chef d'état-major des armées pakistanais, le général Raheel Sharif, à Islamabad, le 23 mars 2015. REUTERS/Faisal Mahmood

    Le Parlement pakistanais doit se réunir lundi prochain lors d'une session spéciale pour débattre de la crise au Yémen. Le Pakistan est face à un grand dilemme : va-t-il oui ou non s'impliquer dans le conflit yéménite en offrant son soutien militaire à son allié stratégique l'Arabie saoudite ? La question se pose depuis le début l'intervention lancée par Riyad, il y a neuf jours, et qui implique plus de dix pays. Le choix est délicat.

    Le royaume saoudien espère attirer dans ce conflit une très large coalition dans son intervention au Yémen et compte sur le soutien indéfectible de ses alliés, parmi lesquels le Pakistan. Mais Islamabad temporise, refusant jusqu'ici toute implication qui pourrait mettre en péril la paix sur son propre sol.

    Le Pakistan est majoritairement sunnite, et compte près de 20% de chiites. Les tensions entre ces deux communautés sont vives dans certaines régions. Islamabad cherche donc plutôt à désamorcer les tensions et à ne pas froisser son voisin iranien. Le Premier ministre Nawaz Sharif a plusieurs fois souligné qu'il voulait jouer un rôle diplomatique dans cette crise. Il a aussi promis à son allié saoudien qu'il le défendrait à tout prix si sa souveraineté était menacée.

    Les alliances entre le Pakistan et l'Arabie saoudite sont très fortes. Islamabad fournit depuis longtemps une expertise militaire au royaume, en échange d'un pétrole bon marché et d'une aide financière. La question est donc de savoir si le Pakistan a vraiment les moyens de refuser de participer à la coalition et jusqu'à quand ? Selon des experts, le « pays des purs » pourrait opter au final pour une solution transitoire : en envoyant des formateurs militaires, sans totalement s'impliquer dans le conflit.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.