GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: à l’ONU, la Russie plaide pour des «pauses humanitaires»

    media Un combattant des milices chiites houthis à Sanaa, capitale du Yémen, le vendredi 3 avril. REUTERS/Mohamed al-Sayaghi

    La Russie a déposé samedi un projet de résolution aux Nations unies appelant à une pause dans la campagne de frappes aériennes menée depuis le 26 mars par l'Arabie saoudite et ses alliés contre les miliciens chiites houthis. Au moins 185 personnes ont été tuées et un millier d’autres blessées au cours des dix derniers jours à Aden, dans le sud du Yémen, dans les combats qui opposent les partisans du chef de l'Etat aux rebelles chiites houthis.

    La proposition russe intervient alors que le nombre de victimes civiles au Yémen inquiète les ONG et tandis que beaucoup de pays ont du mal à faire évacuer leurs ressortissants du pays en proie au chaos. Le bilan des combats entre les partisans du chef de l'Etat, Abd Rabbo Mansour Hadi, et les rebelles chiites houthis, ainsi que des frappes aériennes menées par l’Arabie saoudite et ses alliés du Golfe le 26 mars, ne cesse de s'alourdir. Ces dix derniers jours, 185 personnes ont été tuées et plus d’un millier blessées à Aden, dans le sud du Yémen. Selon un bilan dressé jeudi 2 avril par Valérie Amos, responsable des opérations humanitaires des Nations unies, les combats et les bombardements ont fait 519 morts et 1 700 blessés dans tout le pays au cours des deux dernières semaines de combats.

    Arrières-pensées diplomatiques

    La proposition russe, qui doit être discutée par les quinze membres du Conseil de sécurité ce samedi, portera sur « de possibles pauses humanitaires dans les frappes aériennes », selon le porte-parole de la diplomatie russe à l’ONU, Aleksey Zaytsev. Une position qui peut apparaitre comme la voix de la raison, d'autant plus que d'autres pays, qui auraient pu prendre des initiatives humanitaires ou diplomatiques, ne l'ont pas fait. Par ailleurs, Moscou n'a plus d'intérêts directs au Yémen, notamment militaires. Les anciennes bases militaires soviétiques ont disparu à la fin des années 1980.

    Mais l'initiative russe n'est pas non plus simplement humanitaire et dénuée d’arrière-pensées. Le Kremlin essaie de retisser son maillage d'influences, basé sur l'ancienne carte diplomatique soviétique. Un processus est bien visible au Proche Orient, dont la Russie a été exclue à l'exception notable de la Syrie. Maintenant que l'Occident n'essaie plus de renverser à tout prix Bachar el-Assad, Moscou marque aussi des points sur ce front. D’autant plus que, dans la région, ses relations sont bonnes, à la fois avec l'Iran et avec l'Egypte, après l’arrivée au pouvoir du président al-Sissi, et aussi avec Israël, grâce notamment à Avigdor Lieberman, le fondateur du parti des Juifs d'origine russe, Israël Beytenou.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.