GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le médecin de Donald Trump écarte toute «spéculation» sur une douleur à la poitrine
    • Hong Kong: les manifestants cernés dans le campus doivent se rendre (cheffe de l'exécutif)
    • La Chine dit être la seule à pouvoir statuer sur la Constitution de Hong Kong (porte-parole du Parlement)
    Moyen-Orient

    La participation à reculons du Pakistan dans les frappes au Yémen

    media Manifestation à Peshawar de l'organisation islamique Jamaat-ud-Dawa en soutien à l'intervention de l'Arabie saoudite au Yémen, le 3 avril 2015. REUTERS/Fayaz Aziz

    Le Parlement pakistanais doit tenir une séance spéciale ce lundi pour débattre de son éventuelle participation à l'opération militaire contre les rebelles houthis au Yémen. Islamabad est un proche allié de l'Arabie saoudite, mais doit aussi ménager son voisin iranien, opposé à toute intervention.

    Avec notre correspondante à IslamabadGaëlle Lussia-Berdou

    Depuis le début de l'intervention lancée par les Saoudiens, le Pakistan entretient le flou sur sa volonté - ou non - d'y prendre part. Alors qu'au jour un de l'opération, Riyad annonçait déjà la participation de son allié, Islamabad se contentait d'assurer qu'il défendrait coûte que coûte la souveraineté du royaume, mais sans aller jusqu'à parler d'une intervention sur le territoire yéménite.

    Une délégation pakistanaise s'est rendue la semaine dernière à Riyad, après quoi le Premier ministre, Nawaz Sharif, a affirmé que c'était au peuple, et donc au Parlement, de décider de la manière de résoudre le conflit au Yémen.

    Le Pakistan est un allié très proche de l'Arabie saoudite, qui lui fournit une précieuse aide financière. Mais le « pays des purs » compte aussi une importante minorité chiite - environ 20% de sa population, et doit ménager ses relations avec la grande puissance chiite, l'Iran, qui est aussi son voisin.

    Enfin, une partie de l'opinion se demande ce qu'irait faire l'armée pakistanaise dans la galère yéménite, alors qu'elle a bien d'autres chats à fouetter chez elle - les rebelles talibans, pour ne nommer qu'eux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.