GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Yémen: l'évacuation des ressortissants étrangers se poursuit

    media Evacuation du Yémen de ressortissants étrangers à bord du pétrolier Sea Princess II, au départ d'Aden, le 1er avril 2015. REUTERS/Sami Aboudi

    Depuis fin mars et le début des bombardements menés au Yémen par la coalition rassemblée autour de l’Arabie saoudite, les pays étrangers ont commencé à évacuer leurs ressortissants et ceux d'autres pays. Mais ces bombardements et les combats gênent les rapatriements. La Russie a demandé ce week-end au Conseil de sécurité de l’ONU de faire pression pour qu’une pause soit menée dans les raids aériens pour faciliter le départ des étrangers.

    Ce samedi, l’Algérie a évacué par avion de Sanaa cent-soixante de ses ressortissants, mais aussi plusieurs dizaines de Tunisiens, des Mauritaniens, des Libyens et un Palestinien.

    Un navire de la Marine française a de son côté évacué quarante-quatre personnes de nationalités différentes, et jeudi la Chine affirmait avoir aidé dix pays à évacuer deux cent vingt-cinq de leurs ressortissants.

    Pékin a déjà rapatrié la presque totalité des cinq cent quatre-vingt-dix Chinois qui vivaient au Yémen, alors que le Pakistan, l’Inde et l’Indonésie comptent encore chacun plusieurs milliers de ressortissants sur place.

    Samedi, Moscou, qui en plus des Russes évacue aussi les ressortissants de la Communauté des Etats indépendants, a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU de faire pression pour qu’une « pause humanitaire » soit organisée afin de faciliter le départ des étrangers.

    Mais la Jordanie, qui préside le Conseil de sécurité et fait aussi partie de la coalition, a indiqué que les pays membres avaient besoin de « temps pour réfléchir ». Selon le porte-parole saoudien de la coalition, la Chine, Djibouti et le Soudan devaient évacuer ce dimanche des ressortissants, et d'autres pays comme le Canada, l'Allemagne ou l'Irak en ont aussi fait la demande.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.