GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L’engagement au Yémen ravive des souvenirs cuisants aux Egyptiens

    media Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, après une rencontre avec le Conseil des forces armées, samedi 4 avril au Caire. AFP PHOTO / HO / FADI FARES / EGYPTIAN PRESIDENCY

    L’Egypte est engagée aux côtés de l’Arabie saoudite dans l’opération « Tempête de la fermeté », lancée le 26 mars dernier. Une campagne de frappes aériennes pour tenter de contrer la progression des rebelles chiites Houthis qui rappellent de bien mauvais souvenirs aux Egyptiens : huit ans d’une guerre dans laquelle 25 000 soldats égyptiens ont péri dans les années 1960.

    Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi est intervenu à la télévision, samedi 4 avril, pour justifier la participation égyptienne à la coalition conduite par l’Arabie saoudite contre les rebelles Houtis au Yémen. Cette communication, une dizaine de jours après le début de l’opération « Tempête de la fermeté », est en réponse au célèbre et influent journaliste égyptien Hassanein Heykal.

    Ce dernier, dans une interview télévisée, a en effet affirmé que la guerre au Yémen n’était « pas la solution ». Celui qui avait été un proche conseiller du président Gamal Abdel Nasser dans les années 1960 a ajouté qu’il fallait que les Egyptiens se demandent s’ils sont « prêts à affronter les retombées d’une guerre ». Une question d’autant plus importante que « nous avons eu une expérience au Yémen dont nous n’avons pas tiré les conséquences », a insisté Hassanein Heykal, faisant référence à l’intervention militaire égyptienne au Yémen dans les années 1960.

    Le Yémen, un « Vietnam » égyptien

    Celle-ci a duré de 1962 à 1970. Les Egyptiens avaient alors soutenu un soulèvement militaire contre l’imam qui régnait alors sur le Yémen qui, lui, était soutenu par l’Arabie saoudite. A l’époque, l’Egypte progressiste était à couteaux tirés avec la conservatrice Arabie saoudite, avec en arrière-plan les Soviets et les Américains. L’imam appartenait à la secte chiite des Zaydis, la même que celle des Houthis, que Saoudiens et Egyptiens combattent aujourd’hui. Après l’envoi d’experts militaires, les Egyptiens ont envoyé plusieurs fois des contingents de soldats, jusqu’à parvenir à 70 000 hommes présents au Yémen. Une guerre qui est devenue un « Vietnam » pour l’Egypte, qui a perdu 25 000 hommes et a vu son économie s’effondrer. Sans parler de la catastrophique défaite de 1967 face à Israël.

    Pour répondre à ces appréhensions, le président Sissi a souligné que l’objectif principal était de sécuriser le détroit de Bab al-Mandeb, vital pour l’Egypte, puisqu’il contrôle la mer Rouge et, donc, le canal de Suez. Pour l’instant, l’Egypte n’a engagé que sa marine et son aviation militaire. Reste à savoir si les Égyptiens ne seront pas priés par les Saoudiens, grands bailleurs de fonds de l’Egypte, d’envoyer des troupes au Yémen. Selon certains journaux égyptiens, les déclarations de Sissi seraient une sorte de préparation du terrain. Un terrain dangereux, vu le traumatisme du Yémen, qui n’a toujours pas été oublié en Egypte.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.