GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • British Steel-Ascoval: «La partie n'est pas perdue et nous allons la gagner» (Edouard Philippe)
    • Européennes: ouverture des bureaux de vote au Royaume-Uni
    • Européennes: début du vote avec l'ouverture des bureaux aux Pays-Bas
    • Israël a réduit la zone de pêche à Gaza après le lancement de ballons incendiaires vers son territoire
    • Législatives en Inde: on constaterait un nette avance du BJP de Modi dans les premières tendances du dépouillement
    • Législatives en Inde: début du dépouillement (commission électorale)
    • Le japonais Panasonic suspend ses transactions avec Huawei (porte-parole)
    Moyen-Orient

    Yémen: l’aide humanitaire n’arrive pas malgré le feu vert saoudien

    media Des civils fuyant les zones de bombardement à Sanaa, le 6 avril. REUTERS/Khaled Abdullah

    Au Yémen, les combats concentrés dans le sud du pays ont fait plus de 140 morts ces dernières 24h. Et selon un bilan avancé par l'OMS ce mardi, plus de 540 personnes ont été tuées depuis le 19 mars. Au 13e jour de l’intervention de la coalition menée par l’Arabie saoudite la situation humanitaire du pays inquiète les ONG. La Russie est « déçue » par l’intervention de la coalition arabe a déclaré Sergeï Lavrov à la presse. Lundi, le chef de la diplomatie russe s’est entretenu avec son homologue saoudien. Il a insisté sur la nécessité de renouer le dialogue sous l’égide de l’ONU. Mais sur le terrain, il n’est pour l’instant pas question d’arrêter les combats.

    Moscou a de nouveau appelé à un cessez-le-feu au Yémen lundi après avoir réclamé devant le Conseil de sécurité de l’ONU le week-end dernier, une pause dans la campagne de frappes de la coalition menée par l’Arabie saoudite.

    Interrogé à ce sujet lors d’un point presse, le général Ahmed Assiri, porte-parole de la coalition, a laissé entendre que le répit n’était pas à l’ordre du jour :

    « Les discussions politiques, ce qui se passe au niveau du Conseil de sécurité, je laisse les hommes politiques le commenter. Pour le moment, nous avons une campagne militaire qui est en cours. Si on a une directive politique claire en ce qui concerne l’arrêt des opérations, les militaires feront en sorte de le réaliser. Mais pour le moment la campagne continue pour atteindre nos objectifs. »

    Des objectifs qui sont avant tout militaires et tentent d’épargner les civils expliquent le général. Mais en moins de deux semaines, le conflit a fait au total plus de 500 morts, dont 62 enfants, et 1 700 blessés selon la responsable des opérations humanitaires de l'ONU. A ce jour aucune aide humanitaire n’a pu être acheminée dans le pays.


    Feu vert pour l’envoi d’aide humanitaire, mais incapacité sur le terrain

    Le Yémen s'enfonce dans le chaos, après 12 jours de raids aériens menés par la coalition arabe qui vise les rebelles houthis. Dimanche, l'Arabie saoudite, à la tête de cette coalition, a autorisé le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à acheminer de l'aide humanitaire au Yémen. Une mission irréalisable pour l'instant, car il est pratiquement impossible de faire atterrir des avions au Yémen comme l’explique Sitara Jabeen, la porte-parole du CICR à Genève. Elle détaille les besoins sur place et la nature de l'aide que l'organisation tente actuellement de faire parvenir dans ce pays.

    « Nous avons 48 tonnes de matériel médical prêtes à partir. Elles se trouvent à plusieurs endroits : Amman en Jordanie, Genève... Et nous avons aussi une équipe chirurgicale de quatre personnes qui se trouve actuellement à Djibouti. Le besoin humanitaire le plus urgent aujourd'hui au Yémen, c'est le matériel médical, les médicaments et des équipements spécifiques dont les hôpitaux ont besoin pour soigner les blessés. Nous avons ces 48 tonnes de matériel et de médicaments, qui représentent ce dont ils ont besoin en priorité. Il y a aussi des kits de purification d'eau... Voilà ce que nous essayons d'acheminer. Avec comme urgence la nécessité d'approvisionner les hôpitaux en médicaments et en équipements chirurgicaux... »

    Selon un bilan avancé par l'Organisation mondiale de Ia santé ce mardi matin, plus de 540 personnes ont été tuées depuis le 19 mars et 1700 autres ont été blessées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.