GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    «Taxi Téhéran», Jafar Panahi crée un véhicule cinématographique public

    media Jafar Panahi à la conduite de son « Taxi Téhéran ». Jafar Panahi Film Productions

    Une leçon de cinéma et de courage. « Taxi Téhéran » sort ce mercredi 15 avril sur les écrans français. Couronné par l'Ours d'or à la dernière Berlinale, ce road-movie plein d'humour est signé Jafar Panahi, cinéaste iranien dissident, censuré, qui continue de tourner.

    Taxi Téhéran est le troisième film que Jafar Panahi tourne dans la clandestinité. Condamné à 20 ans d'interdiction de tournage, pour avoir voulu filmer les manifestations après la réélection de Mahmoud Ahmadinejad en 2009, il a profité d'un léger assouplissement dans son régime de liberté surveillée pour se déguiser en chauffeur de taxi, béret sur la tête et mini-caméra sur le tableau de bord.

    Les passagers défilent : du vendeur de DVD pirates à l'avocate qui porte des bouquets de roses aux détenus politiques. Cette avocate, c'est Nasrin Sotoudeh. Elle aussi est interdite d'exercer son métier. Et c'est tout naturellement qu'elle a accepté de jouer dans ce film malgré les risques encourus. « La décision du tribunal qui interdit à Jafar Panahi de tourner et d’exercer sa profession, cette décision est illégale et surtout injuste. Donc je ne pouvais pas respecter cette décision. En tant que citoyenne, j’avais le devoir de l’aider dans son film. »

     
    Jafar Panahi réfléchit aussi au pouvoir des images avec cette scène où sa petite nièce lui explique qu'elle doit tourner un film pour sa classe, en respectant une longue liste d'interdits, comme le « réalisme sordide ». Un cas d'école pour Jafar Panahi ! Distribué dans une trentaine de pays, Taxi Téhéran n'a évidemment pas obtenu de visa d'exploitation en Iran.

    ► Ecouter aussi notre Rendez-vous Culture sur Taxi Téhéran

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.