GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Des renforts pour protéger la raffinerie de Baïdji en Irak

    media La raffinerie de Baïji en juin 2014. REUTERS/Stringer

    En Irak, les combats s'intensifient autour de la raffinerie de Baïdji, la plus grande raffinerie du pays. Le site a été attaqué en fin de semaine dernière par les combattants du groupe Etat islamique. Pour éviter qu'ils ne s'en emparent, des renforts ont été envoyés sur place par l'armée irakienne.

    C'est en milieu de semaine que les combattants de l'organisation Etat islamique ont réussi à reprendre pied sur le site. Selon des responsables irakiens cités par l'Agence France Presse, les jihadistes auraient pris le contrôle de certains bâtiments ainsi que plusieurs cuves de stockage de la raffinerie de Baïji. Il sera très difficile de les déloger, car la crainte de l'armée irakienne, c'est de voir leurs adversaires mettre le feu aux réservoirs, ce qui aurait des conséquences catastrophiques pour la raffinerie.

    Outre les renforts dépêchés sur place par l'armée irakienne, la coalition anti-EI emmenée par les Etats-Unis a bombardé à plusieurs reprises les positions jihadistes qui se trouvent dans la région. De l'aveu même du chef d'état-major américain, le général Martin Dempsey, le contrôle de cette raffinerie constitue un objectif stratégique encore plus important que celui de la ville de Ramadi, dans la province d'al-Anbar. 

    La ville de Ramadi est, elle aussi, soumise depuis la semaine dernière à une pression croissante des combattants de l'Etat islamique : « Bien sûr je préfèrerais que Ramadi ne tombe pas aux mains des jihadistes, déclarait jeudi 16 avril, le général Dempsey, mais ce ne serait pas la fin de la campagne militaire si elle venait à tomber».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.