GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Février
Jeudi 14 Février
Vendredi 15 Février
Samedi 16 Février
Aujourd'hui
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie: prise de Jisr al-Choughour, bastion du régime dans la province

    media Les rebelles syriens posent devant les caméras, armes à la main, pour fêter la prise de la ville de Jisr al-Choughour, le 25 avril 2015. REUTERS/Ammar Abdullah

    En Syrie, la rébellion s'est emparée d'une localité stratégique située dans la province d'Idlib, dans le nord-ouest du pays. La ville de Jisr al-Choughour était considérée comme le dernier bastion du régime syrien dans cette province. A l'issue de violents combats, l'armée syrienne a été contrainte de se replier.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, un réseau proche de l'opposition, ce sont des milliers de combattants rebelles qui ont pris part à l'offensive - des groupes islamistes coalisés autour du Front al-Nosra.

    L'OSDH affirme que la ville est désormais entièrement aux mains de la rébellion - information confirmée indirectement par l'agence de presse SANA qui cite une source militaire affirmant que l'armée s'est repliée aux alentours de la localité.

    Selon l'OSDH, les soldats auraient exécuté une vingtaine de prisonniers au cours de la retraite. Cette ville de Jisr al-Choughour était l'un des derniers bastions du régime dans la province d'Idlib, et elle est considérée comme une position d'autant plus stratégique qu'elle se trouve à proximité de la frontière avec la Turquie et sur la route menant d'Alep à Lattaquié, le fief du président el-Assad sur le littoral syrien.

    En s'emparant totalement de cette localité, la rébellion inflige donc un revers très important au régime syrien, et cela quelques semaines seulement après la chute d'Idlib. C'est le signe sans doute que cette coalition de groupes rebelles en se coordonnant est plus efficace militairement. Mais c'est le signe également de l'usure de l'armée de Bachar el-Assad, épuisée par quatre années de guerre, et cela malgré le soutien du Hezbollah et du régime iranien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.