GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Visite de François Hollande à Riyad: la diplomatie et les affaires

    media Le président français François Hollande et le prince Mohammed bin Salman, ministre de la Défense de l'Arabie saoudite, Riyad, le 5 mai 2015. AFP/Christophe Ena

    Le président français achève à Riyad une visite dans le Golfe. François Hollande est ce mardi 5 mai l'invité d'honneur d’un sommet du Conseil de coopération du Golfe consacré aux nombreuses crises du Moyen-Orient. Le volet bilatéral franco-saoudien n'est pas oublié, plusieurs contrats sont en discussion entre les deux parties.

    Avec notre envoyé spécial à Riyad, Nicolas Falez

    A propos du Yémen, le président français a rencontré le chef d’Etat en exil de ce pays, Abd Rabbo Mansour Hadi. François Hollande soutient l’idée d’une conférence de paix inter-yéménite, qui pourrait être organisée à Riyad. Une perspective pour l’instant rejetée par la rébellion chiite du Yémen comme par l’Iran.

    Lors du sommet de ce mardi, il est aussi question de la Syrie. La France et les monarchies du Golfe ont aujourd’hui des positions extrêmement proches sur ce dossier, estimant que Bachar el-Assad n’a pas d’avenir à la tête de ce pays. François Hollande et ses interlocuteurs partagent aussi l’analyse selon laquelle le régime de Bachar el- Assad continue de s’affaiblir.

    Autre dossier : l’Iran. La France est appréciée pour sa position ferme dans les négociations sur le nucléaire au moment où les pays arabes du Golfe s’inquiète des conséquences d’un possible accord sur le programme nucléaire de l’Iran dans les prochaines semaines.

    Le CCG créé pour contenir la puissance iranienne

    Le Conseil de coopération du Golfe réunit six pétromonarchies arabes et musulmanes : l'Arabie saoudite, Oman, le Koweït, Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Qatar. C'est sous l'impulsion du géant saoudien, avec l'aval et même des pressions des Etats-Unis qu'il est créé le 25 mai 1981. Officiellement, il s'agit d'assurer la stabilité économique et politique de la région. Mais même si aucun des pays ne l'admet ouvertement, c'est par crainte du poids de l'Iran dans la région, et de l'Irak à l'époque, que l'organisation est mise sur pied. Le Conseil réunit donc les monarchies pétrolières sunnites du Golfe, à l'exception du Yémen, seule République démocratique et dotée d'un véritable Parlement. Le Yémen devrait en principe rejoindre l'organisation en 2016, si toutefois la guerre actuelle se termine par un accord politique entre les bélligérants qui satisfasse surtout le voisin saoudien. Au niveau militaire, les forces armées des pays du Conseil de coopération du Golfe organisent depuis 1983 des manœuvres communes baptisées Bouclier de la Péninsule.

    Des contrats pour l’industrie française

    Le volet bilatéral franco-saoudien n'est pas oublié. « Le partenariat entre l’Arabie saoudite et la France est passé à une nouvelle vitesse », a déclaré à RFI ce matin le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui est aussi en charge du Développement international. Paris et Riyad discutent actuellement de 20 projets qui, potentiellement, représentent « plusieurs dizaines de milliards d’euros ». Il n'y a pas encore de précision sur la nature de ces projets mais on sait qu’ils concernent les domaines de l’aéronautique, de l’énergie solaire, du nucléaire civil, des infrastructures de transport, de la santé et aussi de l’armement. Selon nos informations, les discussions sont bien avancées pour la vente par la France de patrouilleurs et de frégates à l’Arabie saoudite.

    A Riyad, le président français a rencontré le président en exil du Yémen, Abd Rabbo Mansour Hadi. REUTERS/Christophe Ena

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.