GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    La crainte du pire pour Palmyre

    media La ville de Palmyre en 1799 représentée par Louis-François Cassas dans son Voyage pittoresque de la Syrie 1799. via @ChronCulture

    La ville antique de Palmyre est en totalité sous le contrôle des jihadistes du groupe État islamique ce qui fait craindre des destructions des trésors archéologiques de cette cité historique. Le hashtag #Palmyre s’est retrouvé dans les sujets les plus commentés sur Twitter pour signifier le désarroi de nombreux internautes.

    L'organisation jihadiste Etat islamique (EI) s'est emparée ce jeudi de la totalité de Palmyre. Avec la prise de cette oasis qui ouvre sur le grand désert syrien frontalier de l'Irak, le groupe EI est dorénavant maître de la moitié du territoire de la Syrie. Le régime de Bachar el-Assad a du mal à tenir sa ligne de front ce qui semble contredire la thèse selon laquelle le pouvoir de Damas est à la fois solide et incontournable et qu'il n'y aurait d'autre choix à terme que de dialoguer avec lui.

    Pourquoi l'armée régulière syrienne essuie-t-elle des revers à Palmyre et à Idleb ? Pour plusieurs spécialistes, parmi lesquels le chercheur Thomas Pierret, de l'université d'Edimbourg, le régime souffre d'un réel problème de recrutement. Selon lui, l'armée syrienne a toujours eu des problèmes d'effectifs mais ceux-ci ne font que s'aggraver avec le temps. « Le régime syrien n’est pas à court de munitions ou de carburant pour l’instant. C’est réellement un manque d’hommes, peut-être aussi un manque de motivation de la part de certaines unités, qui conduit à ce désastre militaire. La question fondamentale c’est : est-ce que le régime va être capable de stabiliser ses lignes de défense ? Parce que là clairement, il recule. La question est de savoir jusqu’où il va reculer. Je ne veux pas dire qu’il est impossible pour le régime de stabiliser ses lignes de défense, mais en tout cas il souffre et on a l’impression que le régime a perdu sa capacité de réaction face à ce type d’attaque ». Pour le chercheur les mois qui viennent vont être difficiles pour le régime de Bachar el-Assad.

    La « perle du désert », inscrite au patrimoine mondial de l'humanité

    La prise de cette ville vieille de plus de 2 000 ans, fait aussi craindre pour le sort de ses célèbres ruines. En Irak, l'organisation EI avait détruit plusieurs statues et objets de valeur dans des cités antiques.

    Mercredi, la directrice générale de l'Unesco Irina Bokova avait déjà prévenu que les combats menaçaient « l'un des sites les plus significatifs du Moyen-Orient et la population civile ». Elle appelait à « un arrêt immédiat des hostilités ». Située à 210 km au nord-est de Damas, la « perle du désert », inscrite par l'Unesco au Patrimoine mondial de l'humanité, est une oasis dont le nom apparaît pour la première fois sur une tablette au XIXe siècle avant notre ère. Considéré comme le plus beau site archéologique de Syrie, Palmyre était visitée, avant le début de la crise en 2011, par plus de 150 000 touristes par an.

    Ces derniers visitaient une ville fière de 1 000 colonnes, statues ainsi qu’une nécropole de 500 tombes où les riches Palmyréniens avaient construit une série de monuments funéraires somptueusement décorés - certains ont été récemment pillés. D'après le gouverneur de la province, la ville intra-muros compte près de 35 000 habitants et déplacés qui s'y sont installés depuis le début du conflit, et le double avec sa banlieue. La majorité des habitants sont au chômage faute de touristes.

    Une sélection de réactions à la nouvelle ci-dessous :

    RFI

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.