GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Irak: l’armée a lancé son offensive pour reprendre Ramadi

    media Un véhicule blindé de l'armée irakienne au côté de la milice Hashid Shaabi affronte le groupe EI à al-Alam, le 10 mars 2015. REUTERS/Thaier Al-Sudani

    L’offensive pour reprendre Ramadi a commencé samedi 23 mai en Irak autour de la localité d’Hussayba. L’armée irakienne est aidée par la police fédérale et les milices de la mobilisation populaire. La capitale de la grande province d’al-Anbar est tombée il y a une semaine aux mains de l’organisation Etat islamique.

    Avec notre correspondante à Amman,  Angélique Férat

    Les combats se concentrent autour de Ramadi et près de la base militaire d’Habanya. L’armée irakienne et la police fédérale ont été rejointes par la mobilisation populaire. 2 000 hommes du Hezbollah seraient arrivés. La mobilisation populaire et ses miliciens ont été appelés après la chute de Ramadi.

    Elle a libéré d’autres régions irakiennes. Et certaines milices sont mieux équipées que l’armée. Mais déjà certains critiquent le rôle prépondérant de ces milices et de ces volontaires qui comptent reprendre seuls les villes de Faloujah et Ramadi. L’armée irakienne se concentrerait seulement sur la défense des deux bases militaires d’al-Anbar.

    Les tribus sunnites qui combattent l’organisation Etat islamique auraient aligné, elle, 3 000 volontaires mais elles assurent qu’elles n’ont toujours pas reçu d’armes ou de salaires du gouvernement irakien. Le conseil provincial d’al-Anbar dénonce lui un manque de coordination et de stratégie entre les différents groupes de combattants. Peut-être une autre façon de dire que le gouvernement ne dirige pas complètement les opérations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.