GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Jihadisme: amer constat d'échec pour les Nations unies

    media Le nombre de jihadistes en Syrie et Irak a augmenté de 70% selon l'ONU. AFP PHOTO / YOUTUBE

    L'ONU sort un rapport alarmant sur le nombre de jihadistes en Irak et en Syrie. Il seraient désormais 25 000 combattants, soit une augmentation de près de 70% depuis mars 2014, et ce, huit mois après l'adoption historique d'une résolution qui devait empêcher le financement, le recrutement et le déplacement de combattants étrangers.

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    Le chiffre est symbolique, mais il fait réagir. Cent pays, soit la moitié des Etats du monde, ont aujourd'hui des combattants enrôlés dans l'organisation Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.

    La menace n'est pas fondamentalement nouvelle, notent les auteurs du rapport, mais la prolifération des combattants qui viennent d'Etats souvent épargnés par le terrorisme, tels que les Maldives ou Trinidad et Tobago, montrent l'attractivité d'un califat largement vanté sur les médias sociaux.

    Jean-Paul Laborde est directeur du bureau de l'ONU contre le terrorisme. Il estime que les anciens jihadistes ont un rôle à jouer pour empêcher la prolifération des combattants : « C’est compliqué de faire un portrait-robot des combattants. Ce qu’on peut dire, c’est qu’ils sont extrêmement déterminés quand ils y vont. Et ils sont très motivés par les personnes qui les recrutent ou par les vidéos qu’il y a sur le web. Par contre, quand ils reviennent, il est intéressant de voir que les plus motivés pour continuer sont ceux qui n’ont pas été sur le champ de bataille. Ce sont ceux qui ont été certes entraînés, mais qui n’ont pas participé aux opérations. Au contraire, ils disent : "il faut arrêter tout ça". »

    Le rapport de l’ONU note aussi le manque d'échanges entre agences de renseignement, particulièrement au niveau européen, et qui explique la puissance apparente de l'organisation Etat islamique aujourd'hui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.