GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    L'Arabie saoudite lance la chasse aux terroristes de l'EI

    media Dammam, le 3 juin 2015. Des musulmans chiites portent le cercueil d'un homme tué dans l'attaque de Dammam. REUTERS/Ali Al Dhaif

    A la suite des deux attentats meurtriers anti-chiites fin mai dans l’est du royaume et revendiqués par le groupe Etat islamique, les autorités saoudiennes ont publié une liste de seize suspects et proposé des primes pour ceux qui aideraient à leur arrestation.

    Avec notre correspondante à Riyad,  Clarence Rodriguez

    C’est une véritable chasse à l’homme que vient de lancer le ministère saoudien de l’Intérieur. La population est sollicitée. Des primes de 200 000 à 1,5 million d’euros sont proposées à tous ceux qui aideraient à l’arrestation des suspects ou qui contribueraient à déjouer un attentat.

    La liste des 16 personnes recherchées est nominative. Elles sont toutes susceptibles d’être impliquées ou d’avoir des liens avec les auteurs des attentats de Kudeih (21 victimes) et de Dammam (quatre morts). Ces deux attaques perpétrées ces deux dernières semaines à l’est du royaume ont été revendiquées par les combattants de l’organisation Etat islamique.

    Les autorités saoudiennes ont démantelé ces derniers mois une cellule de 65 terroristes qui s’apprêtaient à commettre des attentats dans le royaume. Les Saoudiens ont peur de revivre les années noires ensanglantées de 2003 à 2006 lorsque le pays était la cible d’al-Qaida.

    Une décennie plus tard, l’Arabie saoudite est toujours sur le qui-vive, seuls les auteurs ont changé. Dans moins de trois semaines, c’est le ramadan. Le prince Mohammed bin Nayef, ministre de l’Intérieur, a annoncé il y a trois jours devant un parterre d’ambassadeurs que « tout est sous-contrôle ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.