GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Mardi 19 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 21 Juin
Vendredi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Mondial 2018: l’Espagne bat difficilement l’Iran 1-0
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Le blogueur saoudien Raif Badawi peut-il encore espérer la clémence?

    media Affiche de soutien d'Amnesty International à Raif Badawi. Amnesty international France

    La Cour suprême d'Arabie saoudite a confirmé la peine de dix ans de prison et de 1 000 coups de fouet contre le blogueur saoudien Raif Badawi pour « insulte à l'islam », a indiqué dimanche son épouse en se disant « choquée » par cette décision irrévocable. Mais le contexte régional n'a pas joué en la faveur du blogueur.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    La décision de la Cour suprême saoudienne a claqué comme un coup de fouet. Depuis quatre mois Ensaf Haïdar, l’épouse de Raif Badawi, attendait avec impatience, mais aussi avec angoisse cette décision. Elle est abasourdie. Amnesty International a dénoncé « une journée noire pour la liberté d’expression ». Les juges saoudiens sont donc restés inflexibles, intransigeants : dix ans de prison, 1 000 coups de fouet et 240 000 euros d’amende.

    Les observateurs à Riyad estiment que le contexte en Arabie saoudite ne joue pas vraiment en la faveur de Raif Badawi. Les autorités saoudiennes sont en effet plus préoccupées par la guerre menée contre des rebelles chiites au Yémen et la menace terroriste de l’organisation Etat islamique sur leur territoire.

    Il resterait quand même un dernier espoir : la grâce royale accordée par le roi Salman à l’occasion du ramadan qui débute dans dix jours. Mais auparavant, c’est la tradition, tout prisonnier doit faire amende honorable : exprimer par écrit ses regrets et les adresser au roi.

    Honnêtement je suis vraiment, vraiment sidérée… je suis sous le choc. Pourquoi Raif doit recevoir 1000 coups de fouet par séries de 50. Pourquoi ? Qu’a-t-il fait de mal ? Je n’ai jamais entendu parler de terroristes qui auraient reçu des coups de fouet. Et Raif est fouetté parce qu’il s’est exprimé ? Nous étions optimistes… et désormais c’est la tragédie. Sa peine a été confirmée. Moi je tiens à dire que Raif est un être libre, c’est un pacifiste. Son seul problème, c’est qu’il a osé dire ce qu’il pensait et ils l’ont arrêté.
    La réaction d'Ensaf Haïdar, l’épouse de Raif Badawi 08/06/2015 - par RFI Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.