GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Octobre
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Réfugiés syriens: Amnesty dénonce une «conspiration de l'abandon»

    media Un réfugié syrien au point de passage d'Akçakale, le 15 juin. L'autorisation de les laisser entrer en Turquie a été finalement délivrée. REUTERS/Umit Bektas

    Amnesty International s'inquiète de la manière dont la communauté internationale traite les réfugiés syriens. Dans un rapport publié le 15 juin, l'organisation de défense des droits de homme fustige l'incapacité de la communauté internationale à financer de façon suffisante les besoins humanitaires des réfugiés et les pays qui les accueillent. Amnesty évoque une « conspiration de l'abandon ».

    Amnesty International publie un rapport sur les réfugiés et s'inquiète particulièrement de la situation dans les pays voisins de la Syrie. L'ONG dénonce « l'échec honteux » de la communauté internationale. « La situation en Syrie est un exemple parfait de tous les dysfonctionnements de la communauté internationale concernant l’accueil et la protection des réfugiés. Il y a aujourd’hui une crise mondiale des réfugiés. La Syrie s'illustre particulièrement avec quatre millions de personnes – femmes, enfants, hommes –, jetés en dehors du territoire syrien et qui sont à 95 % protégés par les cinq pays autour de la Syrie »En tête de ces pays sur lesquels reposent la situation des réfugiés, la Turquie, le Liban, la Jordanie, l’Irak et l’Égypte, qui ont bien du mal à faire face à cette situation.

    Pour Amnesty, « il y a très peu d’engagement de la communauté internationale. D’un point de vue financier, les fonds mis à disposition des Nations unies pour protéger les réfugiés sont toujours insuffisamment fournis par le reste des Etats. Il y a très peu de réfugiés qui ont la chance de quitter ces pays pour être réinstallés dans d’autres pays en fonction de leurs besoins, notamment médicaux, pour être mieux protégés. Il y a vraiment une absence de volonté, plutôt de la communauté internationale, à être solidaire et à prendre sa part avec ses Etats voisins de la Syrie, lesquels portent le plus gros poids de la crise syrienne en termes de réfugiés », explique Jean-Francois Dubost, responsable du programme des déracinés à Amnesty International.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.